Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 4 Juin 2009 à 00:00

Vaste plan de départs en retraite à France Télévisions pour sortir du rouge

Dans le rouge, privée de publicité après 20H00 et en pleine transformation, France Télévisions a annoncé un retour à l'équilibre financier d'ici 2011 notamment via un plan de départs volontaires en retraite pouvant toucher jusqu'à 900 personnes, qui suscite l'inquiétude des syndicats.

Le groupe public a présenté mardi soir en Conseil d'administration le plan d'affaires 2009-2012 négocié avec l'Etat, qui lui donne pour objectif un "retour à l'équilibre opérationnel en 2011 et à l'équilibre net en 2012". Dans ce but, la direction a annoncé un plan d'économies passant par la mise en place, déjà évoquée en novembre 2008, d'un "dispositif de départs volontaires à la retraite", sans plan social, pouvant "concerner jusqu'à 900 personnes" d'ici 2012. "S'il avait fallu atteindre l'équilibre en 2010 il aurait fallu déclencher un plan social. Mais cette hypothèse, évoquée avec l'Etat à l'automne, a été écartée", a expliqué mercredi la direction à l'AFP, confirmant une information des Echos.

France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO) emploie 11.000 personnes dont 8.500 en effectifs permanents (hors intermittents). Le dispositif choisi concernera les salariés de plus de 60 ans "disposant de l'ensemble de leurs annuités", l'âge de mise à la retraite d'office par l'employeur étant de 70 ans. Il y aura des remplacements lorsqu'ils seront "incontournables", selon la direction. Les syndicats du groupe ont vivement dénoncé ce plan, avertissant qu'ils exigeront le remplacement de chaque poste. "Près de 10% des effectifs sont menacés", souligne la CGT, qui craint que les conditions de travail et les programmes en pâtissent.

Le SNJ a dénoncé un "affichage pour se faire bien voir du gouvernement". "On ne nous dit pas la vérité et derrière ils ont l'intention de supprimer des postes", a dit Carole Petit. Selon la direction, le plan d'économies est lié à la réforme de l'audiovisuel public, qui prive France Télévisions d'écrans publicitaires après 20h00 en prélude à une suppression totale d'ici 2011. Les 450 millions d'euros prévus pour compenser cette mesure n'ont par ailleurs toujours pas été versés au groupe, qui attend le feu vert de Bruxelles.

France Télévisions est également touchée par la crise du marché publicitaire qui frappe l'ensemble de l'audiovisuel. "On ne peut s'extraire des contraintes du marché", souligne le groupe public. En 2008, le groupe a plongé dans le rouge avec un résultat opérationnel négatif de 115 millions d'euros. Avant de retrouver l'équilibre, il doit afficher en 2009 et 2010 un déficit opérationnel respectivement de 53,1 millions d'euros et 63,7 millions d'euros. Il prévoit une "croissance maîtrisée des dépenses" avec une hausse du coût des programmes plafonnée à 1,5%, contre 2,7% dans le précédent plan d'affaires.

La direction assure néanmoins vouloir "favoriser les programmes", notamment grâce aux économies découlant de l'extinction de la diffusion analogique en 2011. Le PDG Patrick de Carolis avait déjà indiqué en mars vouloir réduire les dépenses à la rentrée de septembre pour les émissions de flux (magazines, jeux, divertissements), ainsi que pour les droits du sport et du cinéma.

La maîtrise des dépenses se fera sur la base d'une "réduction systématique des coûts externes" et de synergies liées à la transformation de France Télévisions: jusqu'ici composée d'une quarantaine de sociétés, elle est devenue une entreprise commune depuis la loi de mars 2009. Ces synergies devraient atteindre 66 millions d'euros pour financer des "développements nouveaux", comme les web télés régionales.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution