Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 5 Juin 2009 à 00:00

Divertissement, évasion, nostalgie, des programmes TV anti-crise pour 2009

Le divertissement, l'évasion, la nostalgie seront les maîtres-mots des programmes des grandes télévisions du monde pour 2009, antidote à la crise qui touche les téléspectateurs.

"Depuis quelques mois, les programmes de divertissement reviennent en force", souligne Sheily Lemon, d'IMCA (International Media Consultants Associés), qui réalise avec Médiamétrie Nota (New On The Air), une étude périodique sur les nouvelles émissions apparues en Allemagne, Australie, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède. "La télévision est devenue une alternative divertissante à la crise et ses conséquences", constate de son côté Amandine Cassi, de Médiamétrie.

Ce triomphe du divertissement, c'est d'abord la montée en puissance des jeux d'argent. Partout, les téléspectateurs espèrent s'enrichir rapidement et sans effort. "Rico al instante" (diffusée en Espagne sur la chaîne Antena 3) offre au vainqueur 500.000 euros, plus grosse cagnotte de la télévision espagnole. Les règles se simplifient. Chacun peut participer quel que soit son âge. Dans "Pretty Smart", diffusé aux Pays-Bas sur la chaîne RTL5, des hommes doivent deviner si les femmes présentes sur le plateau connaissent ou non la bonne réponse à des questions simples.

Les émissions autour du sport, de la danse au rodéo, sont en pointe, "Eternal Glory" en Suède, "Toughest cowboy", émission américaine de télé-réalité sur le rodéo ou encore la mini-série australienne "The Cut". Les cases consacrées à l'humour se multiplient, de "Let's dance for comic relief", émission de télé-réalité britannique, à "The collegehumour show", une comédie américaine. Les sitcoms, un temps délaissées en faveur des séries, se renouvellent pour grossir la vague humoristique, comme la sitcom américaine "Parks and Recreations" (NBC), qui narre les tribulations d'une gardienne de jardin public.

Les programmes observés par Nota sont aussi marqués par un désir d'évasion. Dans "Around the World For Free", émission de télé-réalité de la chaîne câblée américaine WGN, le héros parcourt 16 pays et plus de 72.000 km sans argent, avec son seul sac à dos et l'aide des internautes. Les séries à sensation se font particulièrement dérangeantes, comme la mini-série de la chaîne espagnole Antena 3, "El Castigo (aka The Punishment)", qui met en scène des adolescents martyrisés par des tortionnaires et qui réunit pourtant 27% de part de marché. Les émissions de retour sur le passé se multiplient. Pour flatter le sentiment des téléspectateurs que "c'était mieux avant", on l'invite à se pencher sur son enfance.

Dans la comédie australienne "Lawrence Leung's Choose your own adventure" (ABC), Lawrence Leung retrouve un amour de l'école maternelle qu'il tente de reconquérir. Au coeur de ce déferlement de divertissement et d'évasion, la France, avec sa volonté de "mieux disant culturel", fait-elle exception ? "Non", répond Pascal Josèphe, fondateur d'IMCA. Selon lui, "ces programmes de plus en plus transgressifs, de plus en plus jusqu'au-boutistes, témoignent de la violence de la concurrence entre les diffuseurs". Il s'agit, précise-t-il, "d'une nouvelle tendance générale du marché international. En France, on va voir venir assez rapidement ces tendances, notamment via les chaînes de la télévision numérique terrestre".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution