Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 22 Avril 2001 à 00:00

"Vies clandestines - Nos années afghanes"

Dans les années 80, plus d'un millier de Françaises et de Français sont allés soutenir le peuple afghan, et l'engagement de ces individualistes devenus "acteurs clandestins d'une histoire qui n'était pas la leur" que raconte "Vies clandestines- Nos années afghanes", le film de Christophe de Ponfilly diffusé le 22 avril sur France 2.

L'actualité éclaire cet épisode sous un nouveau jour au moment où le chef de l'opposition anti-taliban en Afghanistan, le commandant Ahmed Shah Massoud, effectue son premier séjour en Europe. Reçu jeudi au Parlement européen à Strasbourg, il a demandé une "aide globale pour le peuple afghan". Il avait auparavant souhaité mercredi à Paris que la France "use de son influence pour l'établissement de la paix en Afghanistan".

Le journaliste Christophe de Ponfilly, spécialiste de l'Afghanistan auquel il a consacré dix films (il a notamment fait un portrait de "Massoud l'Afghan") retrouve ses compagnons d'engagement pendant les dix ans que dura la résistance à la présence militaire soviétique (1979-89).

"On a donné un visage à cette résistance afghane" dit l'un d'eux. "Nous étions tous des romantiques. On cherchait tous de grands frissons", rappelle un autre. Alternent de sublimes paysages afghans désertiques, "un autre monde", et les souvenirs égrenés de ces hommes qui parlent d'engagement et de fraternité.

"Années moudjahidin", Patrice Franceschi, aventurier devenu réalisateur est sans doute l'un des plus médiatisés de ces "anciens" d'Afghanistan et a consacré plusieurs livres à ces "années moudjahidin".

Mike Barry, d'origine américaine, a convoyé les médecins de Médecins du Monde sur des sentiers de montagne, Alain Boinet a crée "Solidarités", une organisation non gouvernementale d'aide d'urgence pour apporter vivres et vêtements à des paysans privés de tout, après les bombardements soviétiques.

Laurence Laumonier, aujourd'hui mère de famille, se souvient de ses années aventureuses lorsqu'elle était "doctor Laurence" dans un pays en guerre et qu'elle opérait dans des conditions de fortune. Ses souvenirs sont rangés dans des boîtes à chaussures.

Régis Lansade, était parti dans "un désert sanitaire" en tant qu'infirmier anesthésiste, qui devint chirurgien par la force des choses avec Médecins sans Frontière. Il est aujourd'hui oenologue.

Jean-François Marlin a retrouvé un de ses reportages photos dans Playboy Italie, Jean-José Puig se rendait en Afghanistan pour ... y pêcher la truite.

Jérôme Bony est grand reporter à France 2.

Bien sûr, il y avait le côté "bande dessinée" de ces Européens affublés de vêtements afghans dans un pays où ils circulaient à pied ou à cheval. Mais leur engagement était sincère et tous ont vécu cette aventure avec une intensité qui leur laisse aujourd'hui le regard nostalgique.

"Le monde avait une densité que nous ne retrouverons jamais", résume l'un de clandestins. "Je reste persuadé qu'une caméra vaut parfois plusieurs chars d'assaut", déclare Christophe de Ponfilly, qui trouve très "choquant" que depuis 1996, "on n'ait rien fait ni politiquement, ni médiatiquement pour les condamner".

Le commandant Massoud, appelé "le lion du Panchir" lors de la guerre contre les Soviétiques, contrôle toujours la vallée du Panshir dans le nord-est du pays, en dépit des efforts des taliban pour l'en déloger.

"Vies clandestines - Nos années afghanes" de Christophe de Ponfilly ; diffusion sur France 2 ce soir 22 avril en deuxième partie de soirée.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution