Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 13 Juin 2009 à 00:00

Les industriels de l'espace survolent la crise

Le secteur spatial est pour l'instant l'un de ceux qui résistent le mieux à la crise, grâce à la bonne santé des applications de télécommunication par satellite, en particulier la télévision, et aux programmes gouvernementaux.

"Pour le moment, il n'y a pas d'effet important imputable à la crise" sur les opérateurs de satellites de télécommunication, note Rachel Villain, directeur Espace et communication du cabinet spécialisé Euroconsult. Les opérateurs de satellites bénéficient à la fois de l'augmentation du nombre de chaînes de télévision, en particulier dans les régions émergentes, et de l'évolution technologique vers la télévision haute définition (TVHD).

Avec la TVHD, "une chaîne de télévision aura besoin d'environ quatre fois plus de capacités qu'une chaîne standard" pour émettre, souligne la Deutsche Bank dans une étude consacrée au secteur. Par ailleurs, les opérateurs bénéficient d'autres développements comme l'internet par satellite - la seule solution dans certaines régions isolées -, ainsi que les réseaux gouvernementaux ou d'entreprises.

Les quatre grands opérateurs (le luxembourgeois SES, l'américain Intelsat, le français Eutelsat et le canadien Télésat), qui se partagent les deux-tiers du chiffre d'affaires mondial, affichent une santé florissante. Ignorant la crise, Eutelsat a déjà revu deux fois à la hausse ses objectifs de chiffre d'affaires pour l'année. Résultat, "les commandes de satellites en 2009 devraient être au même niveau que les deux années précédentes, qui étaient déjà de bonnes années", prédit Mme Villain.

"L'activité aérospatiale résiste bien à la récession", avec déjà 19 commandes pour des satellites commerciaux géostationnaires en juin (contre 26 pour l'ensemble de 2008), confirme Denis Bensoussan, de la division espace de l'assureur spécialisé Hiscox. "Cela augure d'une activité soutenue pour les deux ou trois prochaines années au moins", ajoute-t-il. Une bonne nouvelle pour l'industrie spatiale, représentée en Europe par EADS Astrium et le franco-italien Thales Alenia Space.

Le numéro un européen, EADS Astrium, attend certes un ralentissement de sa croissance en 2009, après une progression record de 21% l'an dernier. Mais il ne voit pas à ce stade de "crise" dans le secteur des satellites commerciaux malgré l'attentisme des clients, déclarait en mars son président François Auque. Par ailleurs, "sur 2009-2010 on est a priori protégés" sur 75% de l'activité d'Astrium, qui est liée aux gouvernements et donc "stable", selon M. Auque.

Les programmes gouvernementaux - dans la sécurité, l'observation de la Terre, la communication par satellite, la navigation - obéissent en effet à des objectifs stratégiques de long terme et sont peu susceptibles d'être affectés à court terme par la conjoncture économique. Les agences militaires et civiles "devraient lancer un total de 770 satellites sur les dix prochaines années, soit une augmentation de 55% par rapport à la décennie passée", selon Euroconsult.

Autre signe de la bonne tenue du secteur: Arianespace a déjà signé huit contrats de lancements depuis le début de l'année. Le groupe qui commercialise les lancements des fusées Ariane et Soyouz a prévu de tenir un volume d'affaires stable cette année malgré la crise. Pour son PDG Jean-Yves Le Gall, celle-ci touche les clients de façon "très différenciée": "plusieurs nouveaux entrants ont gelé leurs projets" en raison de difficultés de financement tandis que les gros opérateurs sont peu touchés.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution