Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 16 Juin 2009 à 00:00

Axel Duroux, de la première radio à la première chaîne de France

Professionnel respecté du paysage audiovisuel, Axel Duroux, qui va seconder le Pdg de TF1, Nonce Paolini, est un ancien journaliste à la tête de RTL, dont il su remonter l'audience pour lui redonner sa place de première radio de France.
Axel Duroux, 46 ans, est président depuis quatre ans du directoire du groupe RTL (900 salariés) qui comprend RTL, les musicales RTL2 et Fun Radio, ainsi que la régie publicitaire IP France. Il est également membre du conseil de surveillance de M6 qui fait partie du même groupe que RTL, le géant allemand des médias Bertelsmann. Physique élancé, teint hâlé, sourcils broussailleux, sourire éclatant et "look" impeccable, il laissera à la station de la rue Bayard le souvenir d'un patron moderne qui a su préparer la station généraliste au virage numérique.

"Je vais quitter RTL avec émotion mais avec sérénité car vous êtes armés pour affronter l'avenir et les défis qu'il représente", a-t-il déclaré lundi dans un message à ses collaborateurs, surpris par son départ. Aucune information sur le nom de son successeur n'a filtré. Dans un communiqué, la société des journalistes (SDJ) a salué son "professionnalisme, sa passion et son inventivité". "Derrière son apparence de jeune loup, il est humain. On peut lui parler ouvertement", estime Marie-Bénédicte Allaire, vice-présidente de la SDJ. M. Duroux n'a cependant "rien d'un enfant de choeur: c'est un vrai patron, avec une conception moderne du management", relève Mme Allaire.

Après la publication d'un bon sondage sur la radio, il avait octroyé une prime de 1.000 euros au personnel. Mais il se défend d'être un "patron copain": "je tiens à garder une certaine distance parce que j'embauche, mais je licencie aussi", confiait-il à Télérama. Exigeant tant en matière de gestion que de contenus, il a su "résister à la pression politique", selon Mme Allaire. Selon les analystes boursiers du CM-CIC Securities, M. Duroux compte à son actif "l'amélioration des marges sans restructuration brutale".

Seul bémol, disent-ils: "il n'a pas d'expérience majeure dans l'internet", bien que féru de nouvelles technologies. M. Duroux a pris les rênes de RTL en avril 2005, alors que la station se remettait d'une chute d'audience spectaculaire liée à des choix malheureux comme l'éviction de Philippe Bouvard des "Grosses têtes". En deux ans, il ramène près d'un million d'auditeurs à RTL. A l'automne 2006, la radio généraliste, détrônée de sa place de leader en 2002 par NRJ, retrouve le haut du podium.

RTL maintient sa première place depuis trois ans malgré une légère érosion: sur la période janvier-mars 2009, la station était créditée de 12,3% d'audience cumulée (plus de 6,3 millions d'auditeurs), selon Médiamétrie. Avant RTL, M. Duroux avait dirigé Fun Radio et RTL2 (1995 à 2000). Mais cet homme de radio connaît aussi la télévision: de 2000 à 2004, il a été vice-président de la société de production Endemol France ("Loft Story", "La Star'Ac", "La ferme célébrités").

Licencié en 2004, il a attaqué Endemol, condamnée à lui verser une amende record de 12 millions d'euros. M. Duroux a commencé sa carrière en tant que reporter à l'agence SIPA. Il fut ensuite journaliste à La Cinq (1989-92), puis conseiller en communication du président d'IBM France (1992-94). Né à Lyon, il a fait des études de droit et de sciences politiques. Il est marié et père de deux garçons.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution