Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 17 Juin 2009 à 00:00

Le nouveau prix de la 4e licence mobile, convoitée par Free, déjà contesté

Le prix de la quatrième licence de téléphonie mobile, convoitée par Free, devrait finalement s'établir à 240 millions d'euros, un prix supérieur à celui initialement prévu, mais déjà contesté par Orange (France Télécom) qui le juge insuffisant.

Alors que le gouvernement avait annoncé début février que le ticket d'entrée serait de 206 millions d'euros, il avait fait marche arrière fin avril et demandé une "étude complémentaire" à la Commission des participations et des transferts (CPT) afin d'"être absolument inattaquable sur ce point". La Commission a estimé lundi que "le montant de la redevance devait être fixé à 240 millions d'euros", a annoncé à l'AFP le secrétaire d'Etat à l'Industrie Luc Chatel, ajoutant que l'Etat entendait poursuivre "sur cette base le processus d'appel à candidatures".

Les instances concernées, au premier rang desquelles l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), seront consultées "dans les tout prochains jours" avec l'objectif de lancer l'appel à candidatures "avant la fin juillet", a-t-il précisé. L'opérateur Orange a indiqué mardi qu'il saisirait la justice si ce prix était confirmé, car le "principe d'équité entre les opérateurs ayant une licence" serait alors "violé". SFR, Orange et Bouygues Telecom ont déboursé chacun 619 millions d'euros pour obtenir leur licence au début des années 2000. Le gouvernement a cette fois décidé de diviser en trois lots les fréquences et d'en réserver un à un nouvel entrant, d'où le prix proposé.

Candidat malheureux en 2007 pour des raisons financières, le groupe Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, fait figure de favori. "Prêt à payer" les 210 millions d'euros initialement annoncés, il n'avait toujours pas réagi mardi à l'annonce de la nouvelle redevance. "Cette hausse limitée (du prix) n'est pas de nature à remettre en cause la viabilité du projet mobile d'Iliad, qui par ailleurs est dans une situation financière très saine", a estimé Benjamin Rousseau, analyste de CM-CIC Securities.

Les investisseurs saluaient d'ailleurs l'information mardi, le titre Iliad prenant, vers 15h10, 3,29% à 75,53 euros à la Bourse de Paris, dans un marché en hausse de 0,65%. Virgin Mobile, qui "étudie" le dossier, a également estimé que le nouveau prix "ne change(ait) pas grand-chose". "Cela représente 34 millions d'euros supplémentaires. Par rapport à un investissement qui se situe aux environs d'un milliard (pour déployer le réseau, ndlr), c'est une légère augmentation", a déclaré à l'AFP son PDG Geoffroy Roux de Bézieux. Selon lui, "la question clé dans ce dossier est (en fait) la capacité de déployer des antennes" alors que la justice est de plus en plus souvent saisie par des riverains hostiles.

Virgin Mobile réfléchit notamment à une candidature commune avec le câblo-opérateur Numericable. Interrogé, ce dernier s'est refusé à tout commentaire, de même que SFR et Bouygues Telecom. Le nouvel entrant, qui mettra des années à construire son réseau, pourra dans un premier temps louer ceux des autres, à condition qu'il couvre déjà seul 25% de la population. Après un échec en 2007, faute de candidatures suffisamment solides financièrement, le dossier de la 4e licence mobile a été ensuite plusieurs fois retardé.

Selon un rapport du ministère de l'Economie, rendu public en septembre, l'arrivée d'un nouvel opérateur ferait baisser les prix de 7%. Free a affirmé de son côté pouvoir "diviser par deux la facture" d'un foyer français moyen dépensant environ 2.000 euros par an en téléphonie mobile.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution