Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 17 Juin 2009 à 00:00

Afghanistan: deux journalistes d'Al Jazira libérés par les services secrets

Les services secrets afghans ont libéré mercredi deux journalistes afghans travaillant pour la chaîne de télévision qatarie Al Jazira qu'ils avaient arrêtés dimanche, a annoncé la chaîne, qui n'a pas obtenu d'explications sur les motifs de leur détention.

Journaliste au service anglais d'Al Jazira, Qais Azimi avait été retenu par la Direction nationale de la sécurité (DNS) dimanche après y avoir été convoqué. Son collègue du service arabe Hamidullah Mohammad Shah avait lui été arrêté par les policiers dans les locaux de la chaîne le même jour. Al Jazira avait réclamé la libération de ses journalistes. Ces derniers ont été relâchés mercredi sans obtenir d'explications sur les raisons de leur détention, a indiqué à l'AFP un de leurs collègues, Abdullah Shahood. "Ils ont été libérés et tous deux vont bien", a-t-il déclaré, ajoutant: "la DNS n'a pas encore dit pourquoi elle avait détenu nos collègues". Les deux journalistes n'ont pu être joints par l'AFP tout comme le porte-parole de la DNS.

Les médias afghans ont cité mercredi une source à la DNS expliquant que les deux journalistes représentaient "une menace pour la sécurité intérieure du pays". Un autre journaliste d'Al Jazira, Waliullah Shaheen, avait expliqué lundi que l'arrestation du producteur du service arabe pourrait être liée à sa brève détention par des talibans le mois dernier dans la province de Kunar (est). Les insurgés lui avaient alors volé son argent, son téléphone portable et une carte de presse lui donnant accès aux conférences de presse au palais présidentiel afghan, dont l'accès est sévèrement contrôlé. D'après M. Shaheen, les services secrets "ont dit qu'ils allaient poser quelques questions à Mohammad Shah à propos de la perte de sa carte de presse".

Al Jazira avait signalé le vol de la carte aux services du président Hamid Karzaï, qui ont depuis rappelé toutes les accréditations au palais présidentiel. Le producteur du service anglais s'était lui rendu dans le courant du mois dans la province de Kunduz (nord), où il a rencontré des talibans et tourné des images diffusées par la chaîne vendredi dernier. "Nous pensons que Qais a été emmené à cause de son voyage à Kunduz et des images diffusées", a estimé M. Shaheen. Les journalistes afghans font l'objet de pressions de toutes parts: les insurgés ont déjà assassiné plusieurs reporters et les autorités en arrêtent régulièrement.

Dernier exemple en date, un journaliste de radio a passé récemment deux nuits aux mains de l'armée américaine dans la province de Khost (est), après avoir été arrêté pendant un raid contre un réseau d'insurgés présumés. L'armée a indiqué par la suite l'avoir arrêté par erreur.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution