Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 18 Juin 2009 à 00:00

Philippe Val, du chansonnier au patron de presse engagé

Philippe Val, 56 ans, nommé officiellement directeur de France Inter mercredi, est un autodidacte à la fois humoriste, chansonnier et journaliste, mais aussi patron emblématique pendant 17 ans de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Appelé à la tête de France Inter par son ami Jean-Luc Hees, le nouveau patron de Radio France choisi par Nicolas Sarkozy, il prendra ses fonctions jeudi. Personnalité médiatique, "grande gueule", Philippe Val, un brun aux traits anguleux et au front dégarni, collabore depuis 1992 à France Inter, où il signe un billet d'humeur le vendredi. Dans son dernier éditorial, il annonce sa décision de "laisser la main à la génération montante" pour fonder le "troisième Charlie". "Il faut que ça tourne. J'avais pris la décision de partir il y a déjà deux ans. Je suis resté plus longtemps que prévu", a-t-il dit à l'AFP.

Philippe Val, actionnaire majoritaire avec Cabu, laisse derrière lui un journal en bonne santé financière, diffusé à 55.000-60.000 exemplaires. Aux côtés de Cabu, il a relancé en 1992 le "deuxième Charlie", héritier du journal mythique des années 1970 et d'Hara-Kiri fondé par Cavanna. Val, viré de la "Grosse Bertha", a été d'abord rédacteur en chef. A la mort de Gébé en 2004, il est devenu directeur de la publication. Sans publicité, Charlie Hebdo se présente comme un journal "indépendant, polémique et satirique", marqué à gauche. Philippe Val, lui, se définit comme "un social-démocrate... un peu radical!".

Lors du référendum européen en 2005, il a pris position pour le "oui" mais sa rédaction était partagée. C'est contre l'extrême-droite et le Front national que le journaliste s'est montré le plus virulent, ce qui lui a valu une agression par des militants extrémistes. Plus récemment, "l'affaire des caricatures" a fait grand bruit : en février 2006, Charlie Hebdo publie les caricatures danoises de Mahomet qui avaient provoqué une flambée de violence dans le monde musulman. Poursuivi en justice, Val a été relaxé. "On s'est battus bille en tête pour la même raison à chaque fois : la défense des libertés démocratiques", résume le journaliste.

Ses détracteurs lui reprochent d'être devenu "conservateur" et sa personnalité "autoritaire". Certains journalistes ont quitté la rédaction, comme le sociologue Philippe Corcuff, parti en 2004 : "Il admet mal qu'on soit en désaccord avec lui", affirmait-il au Monde. En 2008, Charlie Hebdo a pâti de l'"affaire Siné" qui a enflammé les milieux intellectuels. Dans une de ses chroniques, le caricaturiste Siné avait ironisé sur l'éventualité de la conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty. Taxé d'antisémitisme, Siné fut écarté de la rédaction et fonda "Siné Hebdo", aujourd'hui en concurrence frontale avec "Charlie Hebdo".

Né à Paris dans un milieu modeste et de droite, élevé dans un pensionnat religieux, Val a interrompu ses études pour se lancer dans la chanson à 17 ans. Avec Patrick Font, il forme dans les années 1970 un duo humoristique de chansonniers, "Font et Val". Mais en 1994, Patrick Font est condamné pour atteintes sexuelles sur mineurs. Val rompt tout lien avec lui. Athée, passionné de littérature, de philosophie et de musique, Val a écrit de nombreux ouvrages dont "Reviens Voltaire, ils sont devenus fous" en 2008 et le dernier, "Si ça continue, ça va pas durer" (2009).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution