Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 9 Avril 2001 à 00:00

Canal+ enrichit son offre de documentaires

Canal+ diffusera cet été deux séries documentaires étrangères inédites sur la princesse Diana et sur "Napoléon" le samedi en première partie de soirée, et programme pour la rentrée "Africa" une série de National Geographic Television (8 fois 52 minutes).

La série sur Diana (2 fois 100 minutes) sera réalisée par Phil Craig et Janice Sutherland, et produite par le Britannique Brian Lapping - l'auteur de "Yougoslavie, suicide d'une nation européenne" - avec des méthodes d'investigation appliquées à un sujet "people", a-t-on appris auprès de Canal+.

Quant au documentaire sur "Napoléon" (deux fois 90 minutes, production David Grubin Production/PBS/Docstar) il sera réalisé par l'Américain David Grubin (auteur d'une série sur Roosevelt), qui travaillera avec l'historien français Jean Tulard.

En outre Canal+ continue à enrichir son offre de documentaires de nature et de découverte. Elle propose les meilleurs des documentaires animaliers étrangers (issus des catalogues de la BBC, d'ITEL ou du National Geographic) et le meilleur du documentaire animalier français, programmé en clair le dimanche à 14h00.

Ainsi du 8 au 29 avril sont annoncés "L'homosexualité animale" de Bertrand Loyer, "Des poissons dans les arbres" de Maurice Dubroca, "Les nettoyeurs de la savane" et "Quand les éléphants meurent" de Pascal Plisson.

Cet été, on retrouvera également la série "Dans la nature" de Stéphane Peyron, plus proche de l'ethnographie. "Il s'agit d'une vraie fidélité, d'une vraie identification de la chaîne avec un taux de satisfaction important", note Catherine Lamour, directrice des documentaires de la chaîne depuis 17 ans, qui a travaillé à ses débuts avec Frédéric Rossif qu'elle considère comme son "modèle". "Pour lui, confie-t-elle à l'AFP, un film n'était fini que lorsqu'il était bien. C'était un visionnaire".

De 1993 à 2001, l'investissement de Canal+ dans les films documentaires animaliers français a doublé, passant de quelque 3,4 MF à 7,7 MF. Les Français sont arrivés récemment dans la production de films animaliers, domaine très longtemps "trusté par les Anglo-Saxons".

La chaîne a créé en 1990 Docstar, filiale à 100% destinée à investir dans le développement et le financement de documentaires animaliers et à acquérir des droits lui permettant d'alimenter son antenne en programmes inédits de qualité (une dizaine par an). Le coût moyen d'un documentaire animalier est de 3 millions de Frs et ces films sont pour la plupart montés en coproduction.

"Il faut du temps et des moyens" pour réaliser ce type de programme qui, en contrepartie "a une durée de vie longue et génère un réel retour sur investissement" souligne Catherine Lamour. "On recherche des documentaires animaliers ou de nature qui ont quelque chose en plus.

Ce qu'on voit sur Canal, on le voit ailleurs après, mais jamais avant. Il nous faut des inédits et que ce soit de très grande qualité", précise-t-elle, soulignant que "la concurrence est importante" dans ce domaine avec La Cinquième, ARTE, France 3 et les chaînes thématiques comme Odyssée ou Planète.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution