Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 2 Juillet 2009 à 00:00

Quand la réalité rattrape la fiction de la série "Reporters"

Attentat meurtrier dans un bus de Français, secrets d'Etat, affaire Marc Machin : la 2ème saison de "Reporters", fiction diffusée du 18 mai au 18 juin sur Canal+, colle avec la réalité, y compris la plus récente, alors que le scénario a été bouclé... à l'automne 2007. "Quand la fiction est fidèle à la réalité, la réalité le lui rend bien", explique à l'AFP Olivier Kohn, créateur de la série dont la première saison (huit épisodes) a été diffusée en 2007. "+Reporters, c'est un peu une danse entre la réalité et la fiction lors de l'écriture des scénarios", résume-t-il en assurant que les dix épisodes de la 2ème saison ont été écrits en 2007, bien avant les révélations, courant juin, sur l'attentat contre la DCN à Karachi (14 morts, dont onze Français). L'enquête sur cet attentat, qui avait longtemps privilégié la piste islamiste, s'orienterait vers un contentieux franco-pakistanais, sur fond de contrats d'armements et de présumées rétro-commissions qui auraient pu financer la campagne d'Edouard Balladur, selon un des avocats des parties civiles. La 2ème saison de "Reporters" s'ouvre par un attentat kamikaze à la voiture piégée qui tue une dizaine de Français dans un bus à Ryad (Arabie Saoudite) et se termine par une opération de représailles menée par les services français contre les auteurs de l'attentat. Tout comme les circonstances de l'attentat de Karachi et une opération de représailles montée, selon certains médias, par la DGSE contre des militaires pakistanais, organisateurs de l'attentat car ils auraient été mécontents de ne pas avoir touché de commissions sur la vente de trois sous-marins français conventionnels. "Pour l'écriture des scénarios, raconte Olivier Kohn, nous avons travaillé en deux étapes: une première, de janvier à août 2007, pour imaginer l'histoire globale de chaque personnage avec deux scénaristes Alban Guitteny et moi; une seconde, de septembre à octobre 2007, avec six scénaristes pour découper et écrire les dix épisodes". Pour Olivier Kohn, les scénaristes "s'inspirent évidemment de faits et de mécanismes réels et inventent des situations qu'ils racontent à travers des mécanismes plausibles". Sorj Chalandon, ancien journaliste de Libération et Prix Albert Londres, l'un de ces six scénaristes et auteur de trois épisodes, s'est dit "troublé par ces coïncidences car les nouveaux développements sur l'attentat de Karachi ou l'affaire Marc Machin sont survenus au moment de la diffusion de +Reporters+". Dans la série, le journaliste Michel Cayatte rencontre Thierry Augé, qui vient d'obtenir la révision de son procès après avoir été condamné à dix ans de prison pour meurtre mais commet une agression une fois libéré. Tout comme Marc Machin, condamné en 2005 à 18 ans de réclusion pour un meurtre commis dans les Hauts-de-Seine, et qui a vu lundi sa demande en révision transmise à la Cour de révision. Il a été réincarcéré car il est soupçonné d'avoir commis le 5 juin une agression sexuelle. "Les scénaristes de +Reporters+, confie à l'AFP Sorj Chalandon, avaient commencé à travailler dans le scénario sur une affaire de rétro-commissions d'un marché sur une commande d'avions versées à des hommes politiques mais les producteurs ont jugé l'affaire difficilement compréhensible pour le grand public". Du coup, ajoute-t-il, les rétro commissions ont été enlevées du scénario et le Premier ministre de la série décide de stopper les commissions. Tout comme l'avait fait le président Jacques Chirac en 1995.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution