Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 4 Juillet 2009 à 00:00

L'industrie musicale en Asie cherche son salut dans l'innovation

La piraterie et l'effondrement du marché des CD a mis sous pression l'industrie musicale en Asie, mais les experts espèrent que la technologie et les nouveaux médias l'aideront à rebondir. "Les consommateurs écoutent de plus en plus de musique, simplement ils ne la paient pas", juge Marcel Fenez, du cabinet PricewaterhouseCoopers. "La récession accélère la migration vers le digital", l'immatériel, a-t-il expliqué devant une conférence cette semaine à Hong Kong rassemblant les principaux acteurs de la filière musicale en Asie. Le marché du disque a baissé de 9,3% en 2008, la plus forte baisse enregistrée en cinq ans. Selon un rapport établi auprès de 8.000 jeunes asiatiques âgés de 15 à 24 ans, seuls 11% d'entre eux paient pour la musique qu'ils trouvent en ligne. Face à une telle situation, l'industrie cherche son salut, entre autres, dans la technologie. Paul Smith, de Nokia, explique ainsi que le géant de la téléphonie mobile offre désormais de la musique associée avec ses téléphones portables. Au lieu de payer pour chaque chanson, les mélomanes peuvent désormais télécharger n'importe laquelle de leur choix pendant un an ou un an et demi. Le coût est intégré au prix du téléphone. Cette possibilité a été introduite dans plusieurs pays européens, en Australie et à Singapour. "Nous devons donner aux gens ce qu'ils veulent", a affirmé M. Smith. Mais le vrai test aura lieu en Chine, marché gigantesque de 1,3 milliard d'habitants, où la piraterie domine à 90%, selon des experts. Du coup, le géant de l'internet Google, en partenariat avec Warner, Sony ou EMI, a lancé une expérience jusqu'alors inimaginable. En liaison avec le site chinois de musique Top100, ce projet lancé cette année permet aux Chinois de télécharger de la musique gratuitement en toute légalité. Google, dominé par son rival Baidu en Chine, espère ainsi attirer un public, le fidéliser et rentabiliser cet investissement par la publicité. Les experts s'interrogent toutefois sur les chances de gagner de l'argent, mais Google estime qu'il est important de commencer par attirer les visiteurs pour ensuite rentrer dans ses fonds grace à la publicité. "Nous pensons qu'en investissant fortement dans l'innovation, les utilisateurs vont venir et qu'ensuite l'argent viendra aussi", a déclaré devant cette conférence le directeur technique de Google Chine, Bin Lin. Les réseaux de sociabilité, du type Facebook et Twitter, représentent aussi des opportunités, a estimé de son côté Ayrton Zhu, directeur général de Tencent. Cette importante société de l'internet en Chine gère une communauté en ligne, Qzone, l'une des plus importantes du monde au même titre que Facebook ou MySpace. Les membres de Qzone payent un droit d'accès et peuvent alors écouter leur musique ou la dédicacer à leurs amis. "Les sociétés ont besoin de bien comprendre le comportement des utilisateurs et comment utiliser la musique pour favoriser l'interaction entre eux", a expliqué M. Zhu.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution