Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 19 Août 2009 à 00:00

Exploration spatiale habitée: les ambitions des USA revues à la baisse

Les projets d'exploration spatiale habitée des Etats-Unis sont sévèrement remis en question, les experts mandatés par le président Obama ayant jugé l'argent alloué et les technologies actuelles insuffisants pour conquérir Mars avec un risque acceptable. Selon les conclusions préliminaires de la commission d'experts créée par le président Barack Obama, un retour des astronautes américains sur la Lune d'ici 2020 est également hors de question sans une rallonge de trois milliards de dollars par an pour construire un nouveau lanceur. "Le programme spatial habité que nous avons aujourd'hui n'est réellement pas faisable avec l'argent dont nous disposons", a déclaré le président de la commission Norman Augustine au cours d'une interview à la chaîne PBS. "Soit nous modifions le programme actuel, soit nous dépensons plus pour avoir quelque chose d'intéressant et qui marche", a-t-il ajouté, soulignant que "le défi pour la Maison Blanche sera de faire des choix". La Nasa consacre environ dix milliards de dollars, sur les 18 milliards de son budget annuel, à ses programmes de vols habités à savoir la navette et le développement du successeur, la fusée Ares 1 et la capsule Orion. Dans l'état actuel des choses le maintien de la Station spatiale internationale (ISS) jusqu'en 2020, qui est quasiment achevée, est le seul projet viable, selon les experts. Mais les Etats-Unis seront sans moyen pour transporter leurs astronautes jusqu'à l'ISS au-delà de 2010 avec la mise hors service prévue des navettes spatiales. Ils dépendront des Soyouz russes jusque au moins 2015 quand Ares 1 et Orion seront prêts à voler. La Nasa compte aussi sur le développement de lanceurs commerciaux pour assurer un service de transport vers l'ISS. Le rapport rédigé à l'issue d'une série de réunions dans le pays sera officiellement présenté le 31 août mais ses conclusions sont déjà largement publiées sur le site internet de la commission. Norman Augustine, ancien PDG respecté du groupe Lockheed Martin a déjà fait part des résultats à la Maison Blanche vendredi dernier. Peu après sa prise de fonctions en janvier, Barack Obama avait créé ce comité pour examiner le programme spatial lancé par son prédécesseur George W. Bush en 2004. Il s'agissait de retourner sur la Lune avant 2020 en prélude à un voyage vers Mars et au-delà dans le système solaire. Norman Augustine a indiqué que la commission offrirait quatre grandes options au président Obama. Il a aussi précisé que même si Mars demeure à long terme "l'endroit logique" pour envoyer des astronautes, d'autres lieux plus accessibles aujourd'hui sont aussi dignes d'intérêt comme certains astéroïdes. Mais M. Augustine a aussi relevé la réalité de défis techniques. Il a souligné que les effets des radiations cosmiques sur l'organisme humain durant de longues périodes étaient méconnus, notant qu'un voyage aller-retour vers la planète rouge prendrait 260 jours environ plus probablement un séjour d'un an sur place. Selon John Logsdon, ancien directeur du Space Policy Institute de l'Université George Washington, la Maison Blanche pourrait prendre des mois à trancher. Il a aussi estimé que le travail de la commission "était salutaire". "Nous avons hérité d'une des nombreuses promesses vides de l'administration Bush qui avait élaboré un très bon programme de vols habités mais sans fournir les fonds pour le concrétiser", a-t-il expliqué à l'AFP. "Nous avons ainsi vécu une illusion pendant cinq ans", a ajouté cet expert.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution