Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 28 Août 2009 à 00:00

Le PDG de France Télévisions met en oeuvre sa "stratégie de bouquet"

Encouragé par de bons résultats publicitaires, le PDG de France Télévisions Patrick de Carolis, dont le mandat arrive à échéance en août 2010, a annoncé jeudi que son "objectif" cette année était la "réussite" de la réforme du groupe audiovisuel public, qui doit être transformé en entreprise unique. "Ces nouvelles grilles voient donc aboutir notre stratégie de bouquet", a annoncé Patrick de Carolis, en présentant à la presse les points forts des futurs programmes des cinq chaînes (France 2, France 3, France 4, France 5 et France ô), dont il a la responsabilité. Selon le PDG de France Télévisions, les équipes des chaînes ont, "pour la première fois", "travaillé réellement ensemble pour harmoniser leurs programmes". "Le mouvement est lancé. Il est inéluctable", a souligné Patrick de Carolis en présence de l'état-major du groupe. Pour lui, le "déploiement opérationnel de la nouvelle organisation" sera possible "à compter du 4 janvier 2010", tandis qu'une nouvelle convention collective sera adoptée "avant la mi-juin de cette même année 2010". Concernant cette nouvelle convention, "la période de négociation s'achèvera le 7 juin 2010".

La loi du 5 mars 2009 prévoit la transformation de France Télévisions en entreprise unique, avec notamment le regroupement de chacune des sociétés correspondant à chaque chaîne publique au sein d'une société commune. A cette occasion, Patrick de Carolis a annoncé "un nouveau type de relations" avec le monde de la création. Producteurs et auteurs redoutent de n'avoir qu'un seul interlocuteur pour proposer leurs oeuvres, alors qu'ils en avaient plusieurs dans l'ancien système. Notant que France Télévisions avait engagé près de 290 millions d'euros dans la création au 31 juillet, Patrick de Carolis a souligné que 69% de l'enveloppe budgétaire (375 millions d'euros pour 2009) avait ainsi déjà été dépensée à cette date.
Il a par ailleurs annoncé des journées de rencontre avec la profession, et plus particulièrement les producteurs, à France Télévisions, l'une au mois de novembre, l'autre au mois de janvier 2010. A cette occasion, Patrick de Carolis, dont certains commentateurs estiment que le mandat ne sera pas renouvelé et même qu'il ne le terminera pas, a réaffirmé sa détermination d'aller "jusqu'au bout" de la réforme de l'entreprise qu'il dirige. Son successeur sera en effet nommé par le président Nicolas Sarkozy, et non plus par le Conseil supérieur de l'audiovisuel comme auparavant.

Notant que son mandat s'achève "dans un an exactement", il a souligné sa volonté d'"agir et raisonner dans le seul intérêt de l'entreprise" pendant les 12 mois à venir. "Ces 12 mois, je ne les emploierai pas à travailler pour rester à mon poste, mais pour que le travail que nous faisons avec les collaborateurs de France Télévisions reste dans l'histoire du service public", a-t-il assuré, en précisant qu'il devait regarder "plus loin que la pointe de ses souliers". Premier syndicat chez les journalistes de France Télévisions, le SNJ à tempéré dans un communiqué l'enthousiasme des dirigeants du groupe. Le syndicat souligne que les 450 millions d'euros prévus pour compenser la perte des recettes publicitaires après 20H00 ne sont toujours pas versés, dans l'attente d'une décision de Bruxelles. Qui plus est, l'Etat pourrait être tenté de déduire de cette somme l'excédent de recettes publicitaires de 70 millions d'euros engrangé au premier semestre.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution