Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 17 Septembre 2009 à 00:00

La télévision à Coulommiers, c'est 100% numérique !

Les 14 000 habitants de Coulommiers (Seine-et-Marne) n'ont plus que la TNT (Télévision numérique terrestre) pour recevoir les programmes. Ils apprécient une image de meilleure qualité et un nombre plus important de chaînes. Mais ils regrettent une réception parfois capricieuse. Fin 2011, la France entière sera au tout numérique. Dès novembre, Cherbourg sera la première grande ville à tester la formule.
Branle-bas de combat
Mai 2008, Coulommiers est désignée ville pilote pour tester le 100% numérique. À la rentrée de septembre, des tracts dans les boîtes à lettres commencent à préparer les esprits. En novembre, la « com » sort l'artillerie lourde: articles dans les journaux locaux, courrier du maire UMP Franck Riester, également député et rapporteur de la loi Hadopi sur le piratage sur Internet), permanences dans les mairies annexes, distribution de brochures sur les marchés.

Sur la façade de l'Hôtel de ville, un panneau lumineux se met à égrener le nombre de jours avant le « passage », fixé au 4 février 2009. Quatre animateurs sont recrutés pour porter la bonne parole dans les quartiers. À la mairie, un chargé de mission ouvre une ligne directe pour répondre aux trois questions qui reviennent en boucle: comment ça marche ? Combien ça coûte ? Est-ce que c'est compliqué à installer ?

Le « Jour J »

Le 4 février, à 18h, l'émetteur des Parrichets cesse d'émettre en analogique pour ne plus envoyer que des signaux numériques. En mairie, le « QG solidarité », composé d'une vingtaine de bénévoles et d'agents communaux, est assailli de questions et de demandes d'intervention, surtout chez des personnes âgées.Pour recevoir la TNT, il faut s'être équipé d'un adaptateur (à partir de 30 €), l'avoir branché et avoir vérifié que sa bonne vieille antenne rateau est dans la bonne direction. Ou disposer d'un poste avec TNT intégrée, solution retenue par nombre d'habitants et qui a fait doubler les ventes d'écran plats en ville.

Et aujourd'hui...

Des aides publiques avaient été prévues pour les plus démunis, tant pour l'achat de l'adaptateur que pour son installation. Une centaine de foyers en ont bénéficié. À part quelques dizaines d'irréductibles qui n'ont pas accepté qu'on leur impose le changement et qui sont privés de télé, tous les habitants sont maintenant reliés au numérique.

Le résultat ?

« C'est plus sensible aux parasites », témoigne Sophie, une jeune maman qui habite en HLM dans la ville haute. Xavier, 27 ans, qui travaille dans un cabinet vétérinaire, évoque des difficultés de réception le matin et tard le soir: « L'image se met à sauter et, quelquefois, on perd le signal ». Robert, 61 ans, confirme le phénomène « par mauvais temps ». Et son copain Jean-Claude, patron de bar en retraite, peste : « Mercredi, ça a coupé cinq minutes en plein match de foot Serbie-France. »

Pas au point, la TNT ?

« C'est parce que leur adaptateur n'est pas bien réglé ou qu'ils ont mal positionné leur antenne. Je suis allé chez un de mes anciens collègues chez qui ça décrochait beaucoup. En cinq minutes, c'était arrangé », conteste un autre Robert, conducteur de rotatives en retraite. Lui, dit recevoir une image impeccable, bien meilleure qu'avec l'analogique, sur son Philips de 1993, couplé à un antique magnétoscope.
« C'est le point faible de la technologie : elle supporte moins bien la baisse de qualité du signal. Avec l'analogique, l'image devient moins bonne, mais on continue à la recevoir. Avec le numérique, c'est tout ou rien», reconnaît le maire, Franck Riester. Solution alternative : s'équiper de la TNT par satellite. Mais elle coûte entre 150 et 200 €.

Vingt chaînes au lieu de six

« On a beaucoup plus de choix », apprécie Robert. Le soir après le travail, Alicia, 20 ans, se gave de documentaires animaliers et de clips musicaux. Robert (l'autre) et sa femme Josiane, de reportages et de vieux films. Pour autant, ils disent ne pas passer plus de temps devant sa télévision, car la qualité pêche souvent. « Il y a trois fois plus de chaînes, mais on se fait toujours autant ch... », critique même Xavier.

Le conseil aux Cherbourgeois

Six mois après l'arrivée du 100% numérique, le maire de Coulommiers se félicite de l'opération qui aurait coûté 100 000€ à la ville. Un bon coup de pub. Les médias en ont parlé. « Maintenant, Coulommiers, c'est le fromage, le terroir et le numérique ». Un coup de « com » interne, aussi. « Des jeunes sont allés aider des moins jeunes. Ça a créé du lien social, de la solidarité intergénérationnelle. Ça a apporté de l'animation en ville ». Un conseil aux Cherbourgeois, qui passent à la TNT en novembre ? « Mobiliser tous les relais associatifs. Impliquer les habitants. Informer ne suffit pas.

Source : ouestfrance.fr
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution