Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 17 Septembre 2009 à 00:00

Mur de Berlin: Radio France inquiète avec son projet de fusion d'antennes

Présenté comme une volonté de montrer son "extraordinaire diversité", un projet de fusion par Radio France de toutes ses antennes le 9 novembre à l'occasion du 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin a suscité mercredi inquiétude des syndicats et interrogations de députés. Interrogé par l'AFP, Radio France (France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, Fip et Le Mouv') n'a pas donné les détails de ce projet, indiquant que le travail sur la grille était en cours. Dans un message diffusé lundi en interne aux salariés, Jean-Luc Hees, a expliqué les grandes lignes de son projet de fusion des différentes antennes (6 radios nationales et 41 locales). "Le 9 novembre, pendant 24 heures, nos auditeurs recevraient en direct de Berlin le plus prestigieux programme radiophonique de notre histoire", dit-il, sans plus de détails. Selon M. Hees, cette journée "montrera à l'envi aux millions d'auditeurs qui quotidiennement fréquentent nos programmes l'extraordinaire diversité de nos chaînes: tel qui écoute France Inter connaîtra un peu mieux France Culture, ou le Mouv', ou France Bleu, ou Fip, ou France Info ou France Musique". Mercredi, M. Hees a été interpellé à plusieurs reprises durant son audition par la Commission des finances par des députés souhaitant comprendre comment la diversité de Radio France pouvait se traduire par la fusion des antennes. Sans répondre directement, il a indiqué qu'il s'agissait pour lui de "montrer tout ce que le personnel de Radio France sait faire" et "faire découvrir la diversité du groupe". Il a en outre tenu à préciser que ce projet "sera unique dans l'histoire de Radio France" et qu'il ne présage pas d'une éventuelle fusion des antennes à l'avenir. La CFDT, la SNJ et la SDJ se sont opposés à cette opération, comprenant mal également que M. Hees prône la diversité en proposant une chaîne unique. "On risque de se retrouver avec un programme qui ne ressemble à rien ou avec une antenne qui vampirise toutes les autres", a indiqué une journaliste du groupe sous couvert d'anonymat. "Comment imaginer que l'auditeur d'une locale qui attend un point d'info sur la circulation soit satisfait ? Comment croire qu'un auditeur de Fip qui recherche un flux musical de qualité reste sur la chaîne lors de cette journée?", a réagi la CFDT dans un communiqué mercredi. Le syndicat a assuré en outre que l'organisation logistique de cette journée sera confiée à un prestataire extérieur "qui plus est, ancien employé de Radio-France, démissionnaire il y a quelque mois et ayant touché d'importantes indemnités de départ". Le syndicat s'oppose à une telle externalisation et prévoit de déposer un préavis de grève le 9 novembre si la situation reste en l'état. Sur un ton ironique, la SDJ a salué l'effort "d'unité éditoriale" du programme prévu le 9 novembre. Et de proposer à la direction de "fusionner dans les plus brefs délais toutes les rédactions, diffuser les mêmes journaux d'information et s'assurer qu'un même programme musical sera diffusé sur chaque antenne, tout au long de l'année". De son côté, le SNJ avait qualifié mardi de "régression" la fusion des antennes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution