Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 19 Septembre 2009 à 00:00

Des taxes pour financer la fiction française, selon les professionnels

Coûteuse et non rentable, la fiction TV française, confrontée à un problème de financement lié à la crise de publicité, devrait bénéficier de taxes imposées aux fournisseurs internet ou aux consommateurs, estiment des professionnels du secteur. "Rien n'est rentable en fiction française", a soutenu Laurent Storch, directeur général adjoint de TF1, lors d'un débat sur la fiction française dans le cadre du festival de la Rochelle. "Que ce soit en séries de 52 minutes ou en téléfilms de 90 minutes, les annonceurs ne sont pas intéressés par la fiction française", a-t-il expliqué. Désintérêt des jeunes, difficulté à fidéliser les téléspectateurs en raison d'un rythme de diffusion peu soutenu, concurrence des fictions américaines sont à l'origine de la frilosité des annonceurs. "Et même quand on se fixe pour objectif le renouvellement du genre, avec un plus grande liberté de ton, on se rend compte qu'il est difficile de rivaliser avec la fiction américaine et de créer une addiction", selon Fabrice de la Patellière, directeur de la fiction chez Canal+. Pour autant, toutes ont dit vendredi leur désir de mettre "un peu plus d'audace" dans les programmes (comédie, fantastique, polar, politique...) et les formats (120 minutes, 26 minutes, web-fiction). Le groupe public France Télévisions, assuré du financement de son programme de fictions par l'Etat à hauteur de 262 millions d'euros cette année, prévoit de proposer toujours dans ce genre, tout en reconnaissant une désaffection du jeune public et des femmes. France Télévisions (France 2, France 3...), qui diffuse 49% de la fiction française, verra son enveloppe augmenter progressivement jusqu'à 292 millions en 2012. Les chaînes privées sont quant à elles davantage tributaires de la publicité, dont les recettes sont en chute libre cette année. Or "la fiction est un genre cher et dans un paysage audiovisuel qui se morcelle avec l'arrivée des nouvelles chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT), il est de plus en plus difficile de la financer", a souligné Jacques Peskine, délégué général de l'organisation de producteurs USPA. Des discussions sont en cours avec les pouvoirs publics pour que les chaînes gratuites de la TNT ne soient plus dispensées de respecter les quotas de production d'oeuvres françaises imposées aux chaînes historiques. Elles pourraient ainsi apporter entre 50 et 100 millions d'euros au secteur, selon Pascal Rogard, directeur de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Parallèlement, une nouvelle taxation des fournisseurs d'accès à internet "apporterait énormément à la création alors que ce secteur fait des milliards de bénéfices", a suggéré le sénateur PS David Assouline, vice-président de la Commission culture. Une proposition qui risque de susciter une nouvelle levée de boucliers de la part des fournisseurs, déjà taxés à hauteur de 0,9% de leur chiffre d'affaires pour compenser en partie le manque à gagner lié à l'arrêt de la publicité après 20H00 sur les chaînes publiques. Le député UMP, Christian Kert, vice-président des affaires culturelles, propose de son côté de mettre en place une taxe "culturelle" de 1% sur les produits "bruns" (téléviseurs, lecteur de dvd), destinée au financement de la fiction française. En revanche, la taxe modulable entre 1,5% et 3% payées par les chaînes privées à destination des chaînes publiques ne devrait pas dépasser les 1,5%, selon certains. "Cette taxe vient en déduction de la production de la fiction des chaînes privées", a soutenu M. Rogard.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Soft | Samedi 19 Septembre 2009 à 08:40
moi j estime q uil y en a marre des taxes, ils n ont q a changer de métier s ils ne sont pas content. les séries américaines sont mille fois meilleurs que les série françaises.
Yop | Dimanche 20 Septembre 2009 à 07:49
Non seulement les séries Françaises sont à chi... mais en plus elles coutent une fortune à fabriquer pour un retour sur investissement à perte... alors svp envoyez les acteurs et les réalisateurs Français en stage aux USA....
Taxvador | Lundi 21 Septembre 2009 à 19:03
des taxes par ci des taxes par la, en France ont sort les taxes un peut trop facilement, cela devient une sacres mauvaise habitude.
Taxvador 2 | Lundi 21 Septembre 2009 à 19:48
bravo comme ca nous allons conforter notre positions de champions du mondes de taxe.
Arp44 | Mardi 22 Septembre 2009 à 11:50
des taxes toujours des taxes ,que ceux qui inventent ces taxes , regardent leurs poches bien remplies , et pensent un peu à nos pochent déjà bien vides et qu'ils refléchissent que c'est comme ça que l'on va vers la révolution .le ras le bol ça existe .
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution