Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 30 Septembre 2009 à 00:00

Divertissement à tout prix pour la rentrée des telés du monde

Crise oblige, les programmes de divertissement fabriqués à moindre coût, mais qui attirent un large public et générent donc de la pub, sont au coeur de la rentrée des télévisions du monde. Que ce soit à travers les jeux, les documentaires, les fictions, la téléréalité, le divertissement investit tous les genres, d'après une étude présentée mardi par Eurodata TV Worldwide. Economie financière et rentabilité semblent plus que jamais préoccuper producteurs et diffuseurs ce qui se traduit par une "télévision light en terme de contenus et de budget", selon Pascal Josèphe, président de IMCA (bureau d'études sur les médias). Côté tendances, donc, les jeux s'invitent dans le monde du travail en redistribuant les rôles comme pour "Undercover boss" (Royaume-Uni) dans lequel un patron redevient ouvrier de son entreprise. Les droits ont été acquis par Endemol France. A l'inverse, dans "I'm running Sainsbury's" (Royaume-Uni) ce sont les employés qui dirigent leur entreprise. Les émissions de téléréalité et de coaching ont également le vent en poupe: "Dance Your Ass Off" (USA) met en scène des jeunes femmes plantureuses qui, pour maigrir, doivent au sens propre se bouger les fesses... Pour faire du neuf avec du vieux, les règles des jeux d'argent sont détournées: "5 gegen Jauch" (Allemagne) est une sorte de "Qui veut gagner des millions ?" dans lequel c'est le présentateur qui joue contre les candidats pour les empêcher d'engranger des gains. Concernant les fictions, depuis plusieurs années les héros n'ont plus rien de manichéen. Dans le registre comédie, "Hung", une série décapante de la chaîne américaine HBO, dans laquelle le personnage principal a tout perdu et pour refaire sa vie mise sur une partie de son anatomie particulièrement avantageuse qui lui permettra de devenir gigolo. Autre tendance des fictions, celle mettant en avant des enquêtes tordues, des flics sombres, à la limite de passer du côté des méchants, comme dans "Dark Blue" (USA). A noter également un nombre impressionnant de séries hospitalières, appâtées par le succès d'"Urgences" et "Dr House". "Royal Pains" (USA), qui fait déjà un carton sur une petite chaîne du câble, raconte les péripéties d'un médecin soignant de riches habitants des Hamptons. De fait, les fictions adoptent de plus en plus les codes de la téléréalité: le langage, les opérations chirurgicales plus vraies que nature, les personnages-archétypes et les images réalistes. Le mauvais goût et le voyeurisme dopent aussi les ventes et certains documentaires en sont la preuve. Comme "My Big Decision" (BBC) dans lequel le téléspectateur suit pendant cinq jours des jeunes filles ayant une décision à prendre: avorter ou pas... Ou dans "Benefit Busters" (Royaume-Uni) présentant des familles vivant uniquement des aides de l'Etat.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution