Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 5 Octobre 2009 à 00:00

Numérisation, VoD, piratage: les salles de cinéma voient l'avenir en noir

Piratage, délai raccourci pour la sortie des films en DVD, coûteux passage au numérique et fréquentation en berne : les salles de cinéma, en particulier les plus petites, voient l'avenir en noir. "Dans la petite exploitation, la situation est dramatique, les charges s'alourdissent, le nombre de spectateurs baisse, on est parfois proche de la cessation de paiement", a lancé Francis Fourneau à la tribune du 64e congrès de la Fédération nationale des Cinémas français (FNCF). "Tout un pan de l'exploitation risque de s'effondrer si des mesures de rééquilibrage ne sont pas prises", a estimé ce responsable de la petite exploitation (moins de 80.000 entrées par an) à la FNCF. Bien que stable au plan national, la fréquentation a chuté "de 15 à 30% depuis janvier" dans les petites salles (76% des établissements), dit-il. "Les Ch'tis ont masqué les problèmes de fond", dit un exploitant. Les 20 millions d'entrées du film de Dany Boon ont fait long feu. Et "le succès des multiplexes" va de pair avec "la vulnérabilité de la petite et moyenne exploitation", a noté la présidente du Centre national de la Cinématographie (CNC) Véronique Cayla, parlant de situation "particulièrement préoccupante". "Les subventions aux salles les plus fragiles ont augmenté de 30%" ces derniers mois, a-t-elle rappelé, promettant un rapide "plan d'action". Car leur public vieillit et le piratage fait rage, tandis que leurs charges, loyers, endettement lié à la modernisation, accès handicapé notamment, explosent. Si le gouvernement a créé des sanctions contre le téléchargement illégal via la loi Hadopi 1 et le texte Hadopi 2, il a exigé des exploitants qu'ils acceptent, en contrepartie, de voir ramené à quatre mois leur délai d'exclusivité pour l'exploitation des films, dans un accord signé en juillet. "Le coût de cette loi est lourd pour l'exploitation", a estimé le président de la FNCF Jean Labé. "Pour la première fois cette année, les grands succès populaires de l'été, +Harry Potter+ ou +L'âge de glace 3+ vont se retrouver en vente en vidéo, largement avant Noël", s'exclame-t-il. Car l'amertume domine chez les exploitants qui espéraient des mesures compensatoires : baisse de la fiscalité et surtout du taux de location des films, c'est à dire les 50% de la recette reversés aux distributeurs. Dans ce contexte, l'absence à Deauville du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, retenu par la présentation du budget, a fortement déçu. Le CNC a présenté un fonds de mutualisation destiné à financer "en cinq ans" la numérisation des salles, autre grande préoccupation des exploitants. Ceux-ci doivent acquérir les onéreux projecteurs numériques qui remplaceront les projecteurs 35 mm, reléguant la pellicule au rang d'antiquité. Avec quelque 700 salles équipées d'ici fin 2009 sur quelque 5.500 au total, la France est l'un des pays d'Europe les mieux équipés. Mais beaucoup hésitent à investir quelque 80.000 euros par écran dans des appareils qui, la technologie évoluant, pourraient vite devenir obsolètes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Tartiflette | Jeudi 22 Octobre 2009 à 18:49
Les cinémas de quartier ont déja des projecteurs vidéo Full HD,certains,subventionné par les municipalités ont des Barco.C'est toute l'industrie du support argentique qui est en train de couler!Les grosses sociétés de production(Gaumont,Pathé)cherchent à tuer ces pauvres cinémas de quartier,pourtant si conviviaux,et la place moitié moins chère que dans ces infames multiplexes,au personnel,souvent peu acceuillant.Gaumont et Pathé continuent à produire de l'argentique,mais c'est obsolète,et cela fait,meme mal aux yeux de certaines personnes(en particulier,les épileptiques)alors que la projection numérique HD(2560*1080p)est plus reposante,car il n'y a plus de saccades,ni persistance rétiniènne.
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution