Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 2 Mai 2001 à 00:00

Berbère Radio Télévision au coeur des émeutes de Kabylie

"Les habitants de Tizi Ouzou ont mis de l'eau et des mouchoirs à disposition des jeunes pour qu'ils se protègent des tirs de gaz lacrymogène, on ne peut plus respirer".

Comme des centaines d'autres Kabyles, Karima a décroché son téléphone pour appeler Berbère Radio Télévision (BRTV), à Paris. Témoignages bruts où les mots blessés, morts, destruction, répression, oppression reviennent sans cesse, écho des émeutes qui ensanglantent la Kabylie depuis une dizaine de jours.

Sur le fax, un message commence par ces lignes : "j'ai le plaisir de faire savoir qu'est-ce qui se passe (sic) à l'ouest de Sétif". Il évoque "manifestations pacifiques", ici, et "gros dégâts" sur les bâtiments publics, ailleurs.

Depuis ses modestes studios de la rue du Cherche-Midi, dans un quartier cossu de la capitale, BRTV anime une chaîne de télévision diffusée par satellite sur toute l'Europe et une bonne partie de l'Afrique du nord. Un an et demi après sa création, elle compte déjà 2.000 abonnés et, selon le Haut Conseil de la francophonie, plus de 4 millions de téléspectateurs.

Mais BRTV, c'est aussi une radio en kabyle et en français diffusée 24 heures sur 24 sur le net, écoutée par toute la diaspora berbère, de Paris à New York.

Directeur et co-fondateur de BRTV avec son frère, Mustapha Saadi va d'un téléphone à un autre sans jamais se départir de son flegme. Depuis que les événements ont éclaté, la station reçoit près d'un millier d'appels quotidiens, Kabyles venus livrer leurs témoignages, intellectuels de la diaspora en quête d'informations et... journalistes français.

TF1, France 2, France 3, Canal+, i-Télévision ou France Info, télévisions et radios multiplient interviews et reportages sur ce discret confrère, placé brusquement au coeur de l'actualité. Dans ce tumulte, Mustapha Saadi entend rester fidèle à la mission qu'il a assignée à sa station : faire une télé "pour tout le monde, indépendante et non partisane" au services des droits de l'homme, de la fraternité et de la culture.

Une mission de plus en plus difficile à remplir. La petite équipe, qui réunit une petite quinzaine de personnes, journalistes, animateurs et techniciens, "gère difficilement la situation", concède cet ancien avocat du barreau de Paris.

"C'est d'une grande difficulté dans la mesure où toute cette population nous regarde et nous écoute, qu'elle s'identifie à la BRTV et qu'elle est l'objet d'une répression féroce", explique-t-il. D'où son souci "de donner la parole et de permettre aux gens d'exprimer leurs souffrances" tout en traitant les événements "avec beaucoup de doigté, de mesure et de tact" et en évitant "dérapages et surenchères".

Karima poursuit son témoignage : "on ne supporte plus la répression et l'opression", dit-elle. Un auditeur de Bouzguene lui succède. "On espère que la gendarmerie va partir pour que le calme revienne". Les affrontements ont fait un mort et trois blessés dans cette localité proche de Tizi-Ouzou, selon lui.

L'auditrice suivante évoque "une situation plus calme ce matin". Mais "hier, c'était presque un génocide, il y a avait de nombreux morts et blessé", assure-t-elle. La grille de BRTV alterne de 19H00 à minuit (heure française), documentaires en kabyle, dessins animés, clips entretiens, reportages et débats. Aucune image des incidents n'a encore été diffusée à l'antenne.

"Mais il y a plein de gens qui ont tourné avec l'intention d'envoyer leurs images à la BRTV", assure Mustapha Saadi. Vous pouvez suivre BRTV sur Télécom 2C (5° ouest) en MPEG-2/DVB crypté en Viaccess (12,543 GHz, pol H) et écouter la radio en analogique clair sur Télécom 2C en sous-porteuse mono de France 2 (12,564 GHz, pol V) sur 7,75 MHz.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution