Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 18 Octobre 2009 à 00:00

Il y a 50 ans, "Salut les Copains" faisait naître la génération "yéyé"

Premier programme pour les jeunes en France, devenu ensuite un mythique succès de presse, "Salut les Copains" a débuté le 19 octobre 1959 sur Europe 1 pour dix ans de succès jusqu'à l'été 1968: la sortie de livres et de disques marquent ce 50e anniversaire fêté en pure nostalgie. Sous l'impulsion de Lucien Morisse, emblématique directeur d'Europe 1, Daniel Filipacchi et Franck Ténot, jeunes journalistes passionnés de jazz et de rock, décident six mois après l'arrivée au pouvoir de De Gaulle de bouleverser le paysage radiophonique: leur émission ne s'adresse qu'aux jeunes en diffusant les premiers tubes rock et yéyé chaque jour en fin d'après-midi pendant deux heures entrecoupées d'interviews. Le succès est immédiat: la génération transistor, en quête de liberté et d'idoles, se délecte de ce ton révolutionnaire qui leur ressemble. On se tutoie à l'antenne, on ne se dit pas "bonjour" mais "salut". Tour à tour, Richard Anthony, Franck Alamo, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Sylvie Vartan, Jacques Dutronc, Sheila, les Rolling Stones, Françoise Hardy, France Gall, Michel Polnareff, les Beatles ou Claude François deviennent le "chouchou de la semaine", titre envié qui garantit la vente d'un million de disques.

Très vite, Filipacchi et Ténot, aidés de deux jeunes photographes talentueux Jean-Marie Périer et Tony Franck, lancent dans les kiosques un magazine éponyme, bientôt doté du diminutif "SLC". Objectif: proposer un "+Paris-Match+ pour jeunes". A son apogée, le titre dépasse le million d'exemplaires. Tournées et concerts labellisés s'enchaînent. Le 23 juin 1963, place de la Nation, "Salut les Copains" galvanise 200.000 jeunes venus applaudir Richard Anthony, Johnny Hallyday, Danyel Gérard, Sylvie Vartan et Dick Rivers. La polémique entre yéyés et "croulants" fait rage le lendemain. Des incidents se sont produits et une partie de la presse s'émeut de cette jeunesse "sous mauvaise influence". Daniel Filipacchi répond: "aucune formation politique n'a jamais réussi à mobiliser une telle armée de moins de 20 ans. Voilà pourquoi nous sommes attaqués !".
Pour Fabien Lecoeuvre, spécialiste des années yéyé, l'aventure "Salut les Copains", immortalisée par la mythique photo de Jean-Marie Périer réunissant en 1966 toutes les idoles du moment, "a amorcé et accompagné la révolution de la société française en permettant à la jeunesse d'être représentée pour la première fois dans les médias". "+Salut les copains+ a été aussi le maillon entre les maisons de disques et le jeune public. Tous les artistes de cette époque peuvent remercier les visionnaires Filipacchi et Ténot qui, en plein American Dream, ont formé une incroyable chaîne d'amitié", souligne M. Lecoeuvre. Europe 1 fêtera "Salut les Copains" dès mardi, jour anniversaire, en recevant Daniel Filipacchi à 8H40. Du 30 octobre au 1er novembre, un week-end spécial mobilisera Jean-Marie Périer et plusieurs journalistes de l'époque. Dans l'émission "On connaît la musique", Thierry Lecamp invitera la jeune génération à reprendre les tubes yéyé.
Côté édition, la Fondation Franck Ténot (décédé en 2004) co-édite un volumineux ouvrage, "L'aventure Salut les Copains", préfacé par Daniel Filipacchi. Flammarion propose "Nos années Salut les Copains" de Christophe Quillien. Europe 1, Universal Music et les éditions du Montparnasse s'associent pour deux coffrets collector : le premier réunit 3 DVD d'extraits de "Salut les Copains" et 140 chansons cultes; le second, en 4 CDs, propose de revivre les années radio de 1959 à 1969.

Voici une sélection de 20 chansons résumant les années "Salut les Copains" (1959-1968) :

- "Biche, ma biche" - Franck Alamo (1963)
- "Et j'entends siffler le train" - Richard Anthony (1962)
- "Retiens la nuit" - Johnny Hallyday (1962)
- "La poupée qui fait non" - Michel Polnareff (1966)
- "La leçon de Twist" - Danyel Gérard (1962)
- "Eddie sois bon" - Les Chaussettes noires (1961)
- "Aline" - Christophe (1965)
- "Et moi et moi et moi" - Jacques Dutronc (1966)
- "Belles, belles, belles" - Claude François (1962)
- "Pour moi la vie va commencer" - Jean-Jacques Debout (1963)
- "Comme un garçon" - Sylvie Vartan (1967)
- "L'Ecole est finie" - Sheila (1963)
- "Tous les garçons et les filles" - Françoise Hardy (1962)
- "Il est mort le soleil" - Nicoletta (1967)
- "Z'avez pas vu Mirza" - Nino Ferrer (1965)
- "Daniela" - Eddy Mitchell (1961)
- "Céline" - Hugues Aufray (1965)
- "Capri, c'est fini" - Hervé Vilard (1965)
- "Les élucubrations " - Antoine (1966)
- "Je n'aurai pas le temps" - Michel Fugain (1967)


Le chanteur Richard Anthony qui, avec Johnny Hallyday et Sylvie Vartan, incarne la génération yéyé, estime que l'émission d'Europe 1 "Salut les Copains", créée le 19 octobre 1959 par Daniel Filipacchi et Franck Ténot, a été "un tremplin extraordinaire".

Q: Que représente pour vous l'aventure "Salut les Copains" dont vous avez
été l'un des principaux "chouchous de la semaine" ?

R: "Salut les Copains" a été un tremplin extraordinaire pour les yéyés. On
a tous existé grâce à l'émission qui nous a donné une visibilité d'une
puissance incroyable. Si j'en suis à 5O ans de métier, je le dois à "Salut les
Copains". L'émission était une seconde famille sur qui on a pu compter. A
l'époque, il y avait trois postes de radios: France Inter qui ne s'occupait
pas des jeunes artistes, RTL et Europe 1. Si on n'avait pas été diffusé pour
nous faire connaître, rien ne se serait passé. Je suis éternellement
reconnaissant à Daniel Filipacchi et Franck Ténot de nous avoir fait exister
pour que le public nous connaisse.

Q: En quoi Daniel Filipacchi et Franck Ténot ont changé les choses ?

R: Les jeunes chanteurs que nous étions, étaient mal vus par les anciens
qui nous appelaient les yéyés. On a oublié que c'était très péjoratif à
l'époque. Le grand mérite de "Salut les copains" a été de passer des chansons
pour des jeunes quand les autres stations de radio nous dénigraient et nous
ignoraient. Le succès a été au rendez-vous car on avait très belles mélodies
qui sont devenues des standards 50 ans après, et ce n'est pas fini !
Daniel Filipacchi et Franck Ténot savaient détecter les talents et
n'hésitaient pas à prendre des risques. Ils passaient nos disques plusieurs
fois par jour à l'antenne. Avant, ça ne se faisait pas. Quand le public
confirmait leurs choix, on était mis encore plus en valeur. On devenait le
"chouchou de la semaine", un trophée qui se traduisait dans les quinze jours
par un million de disques. J'ai eu l'honneur de l'être plusieurs fois,
notamment pour +Nouvelle Vague+ et puis +J'entends siffler le train+.

Q: Quel souvenir gardez-vous de la séance de la célèbre photo "Salut les
Copains" par Jean-Marie Périer pour le magazine ?

R: J'en suis toujours très ému. C'est un souvenir extraordinaire. On
n'avait pas conscience que ce serait une photo historique. On se disait juste
que ce serait une photo souvenir d'une bande de copains. Avec tout ce que
l'émission et le magazine ont fait pour nous, on aurait été tous très ingrats
de refuser de poser ce jour-là.

Q: Comment vivez-vous le retour en grâce des yéyés avec la tournée
phénomène "Age tendre et tête de bois" ?

R: C'est une aventure extraordinaire. La bande de copains a repris la
route! Le public est fou de joie et nous encore plus. Toutes les générations
sont là: nos fans de l'époque mais aussi leurs enfants et leurs petits-enfants
qui ont été bercés pendant toute leur jeunesse avec nos chansons, et qui en
redemandent. On est flattés.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Jean-Pierre W. | Samedi 31 Octobre 2009 à 23:48
Salvatore ADAMO N° 1
Salvatore ADAMO (auteur-compositeur-interprète poète de génie) s'est trouvé fin des années 60, début 70, deuxième vendeur mondial de disques, juste derrière les Beatles ! Comme l'a dit très justement Jean-Marie Périer, photographe de Salut les Copains, ses déplacements et ses concerts provoquaient la même hystérie que les Beatles ! Il devançait ainsi et de loin, B. Dylan, les Rolling Stones, E. Presley et de surcroît, J. Hallyday, C. François, Sheila, S. Vartan et autres "Yéyés".
Salvatore ADAMO, avec 7 langues parlées couramment, en est à présent à plus de 100 millions de disques vendus.
Son génie n'a d'égal que son humilité, une humilité que seuls les grands de ce monde détiennent et dont ils ont le secret.
Ambassadeur de l'UNICEF et par excellence de notre belle langue française à travers le monde, cet attachant sicilien, élevé au plus haut rang de Commandeur des Arts et Lettres par la France, est un monument incontournable de la chanson française et un être exceptionnel de par ses richesses de coeur et d'esprit.
La jeune génération montante de jeunes talents l'a bien compris. Ainsi, O. Ruiz, Bénabar, T. Dutronc, Raphaël, Calogéro, R. Luce, J. Doré, pour ne citer qu'eux, ont répondu spontanément présents dans le dernier et sublime album de duos de Salvatore ADAMO, "Le bal des gens biens", qualifié par la presse écrite de petit bijou.
Quel artiste à l'heure actuelle, peut se vanter d'un si beau et si brillant blason ????!!!!......
EUROPE 1 (OU AUTRES MEDIAS) NE L'OUBLIEZ SURTOUT PAS DANS VOS EMISSIONS ET DANS VOS ARTICLES !!!!!

Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution