Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 24 Octobre 2009 à 00:00

TF1: départ précipité d'Axel Duroux, Nonce Paolini conforté

Le PDG du groupe TF1 Nonce Paolini se trouve conforté à la tête de la chaîne privée après l'annonce vendredi du départ précipité de son directeur général Axel Duroux, alors qu'en interne les journalistes déplorent "un climat d'instabilité". Dans un communiqué succinct, le groupe a annoncé une séparation "d'un commun accord pour divergences de vue stratégiques sur la conduite de l'entreprise". Transfuge de RTL dont il présidait le directoire, Axel Duroux, 46 ans, avait pris ses fonctions officiellement le 15 septembre. Vendredi, il les quittait, après tout juste six semaines. Des rumeurs couraient sur la mésentente entre les deux hommes qui s'est cristallisée, selon plusieurs médias, autour de l'information. "Nous regrettons le départ d'Axel Duroux et le climat d'instabilité qu'entretient ce départ", a réagi la Société des journalistes. Axel Duroux, un ancien journaliste, "s'était porté garant de l'indépendance de notre travail vis-à-vis de toute forme de pression et avait suscité un espoir parmi les journalistes", regrette la SDJ. L'ex-patron de RTL avait été appelé à la rescousse en juin par TF1 pour tenter d'enrayer la baisse d'audience de la chaîne, également confrontée à un recul de ses recettes publicitaires. Pour Philippe Bailly, directeur de NPA Conseil, agence spécialisée dans les médias, la rupture entre les deux hommes est la conséquence d'un problème de calendrier et de profil. "La nomination de Duroux a été annoncée en juin, c'était un moment où tous les clignotants étaient au rouge, la pub n'allait pas bien, les audiences n'étaient pas bonnes, on ne voyait pas clairement la stratégie de la chaîne". Mi-septembre, M. Paolini affirmait que son groupe était "à la relance dans tous les domaines", que les audiences tenaient "remarquablement", que la baisse des rentrées publicitaires était "endiguée". "La grille de rentrée a été bien accueillie, des annonces ont été faites comme la reprise de TMC et NT1 pour consolider TF1 dans son métier de télévision, comme le nouveau site internet et ses très forts scores d'audience, et les accords avec UGC dans le cinéma", renchérit Philippe Bailly. Quand Axel Duroux est arrivé trois mois plus tard, "la structure semblait remise sur ses rails, allait de l'avant et avait un projet. On voyait un peu moins la place qu'Axel Duroux pouvait avoir dans le dispositif", analyse-t-il. M. Bailly avance également "un problème de profil". La division du travail arrêtée par Martin Bouygues, patron de la maison mère, prévoyait de confier les programmes à Axel Duroux et le management à Paolini, qui fut DRH de TF1 et directeur de Bouygues Télécom. "Le partage des tâches fonctionnait bien entre Etienne Mougeotte et Patrick Le Lay parce que le tandem avait été formé dès la privatisation de TF1. Nonce Paolini et Axel Duroux avaient peut-être le même profil de manager et de gestionnaire, ce qui fait qu'on ne voyait pas clairement qui était l'homme des programmes et qui était celui du management". "Il ne peut y avoir deux +numéro 1+ à TF1", a estimé de son côté Marcel Caron, délégué CFTC. Interrogé jeudi, lors d'un colloque, sur d'éventuelles divergences avec son numéro deux, Nonce Paolini n'avait rien laissé paraître et répondu: "TF1 est une et indivisible. C'est une entreprise qui marche d'un seul pas. Nous ne nous laisserons pas dévier de notre route, ce n'est pas le moment de se désunir". Pendant qu'on se querellait à la tête de TF1, M6 en profitait pour souffler à la chaîne de Martin Bouygues la retransmission du match aller des barrages de la coupe du monde 2010, Eire-France, le 14 novembre.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution