Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 27 Octobre 2009 à 00:00

La Nasa incertaine de l'avenir se prépare au vol d'essai de la fusée Ares 1

La Nasa doit procéder ce mardi au premier vol d'essai de son nouveau lanceur Ares 1 qui devrait d'ici 2015 propulser sur orbite la capsule Orion, successeur de la navette, à un moment d'incertitude quant à la direction du programme spatial habité américain. Le lancement de la fusée de 99,6 mètres de hauteur est prévu à 12H00 GMT du pas de tir 39B du Centre spatial Kennedy près de Cap Canaveral (Floride, sud-est). Seul le premier étage d'Ares 1-X (X signifiant expérimental) dérivé des deux fusées à poudre d'appoint de la navette spatiale sera testé, le second étage et la charge utile étant des répliques qui retomberont dans l'Atlantique. Ce vol de seulement 2,30 minutes permettra de se faire une première idée de la stabilité et de la sûreté du lanceur. Les nombreuses données collectées proviendront de plus de 700 capteurs répartis sur l'ensemble d'Ares 1-X et nécessiteront des mois d'analyses. "Le lanceur est en parfait état, il n'y a aucun problème technique", a indiqué vendredi Bob Ess, responsable du programme Ares 1-X lors d'une conférence de presse, précisant que les équipes de la Nasa travaillaient depuis trois ans sur ce projet. La météo pourrait toutefois compromettre le test mardi alors que les prévisions ne donnaient ce week-end que 40% de chances de conditions favorables. La Nasa pourra encore essayer mercredi. Mais le ciel de Floride n'est pas la seule incertitude pesant sur Ares 1 et l'ensemble du programme Constellation lancé en 2004 par l'ancien président George W. Bush après la catastrophe de la navette Columbia en 2003. La commission d'experts créée par le président Barack Obama peu après sa prise de fonction et présidée par Norman Augustine, ancien PDG respecté du groupe aérospatial Lockheed Martin, a remis jeudi son rapport final à la Maison Blanche qui tranchera. Le résumé des principales conclusions et les cinq grandes options proposées par la commission avaient déjà été rendues publiques en août et débattues dans des auditions au Congrès. Le principal constat est l'insuffisance du budget octroyé à la Nasa pour Constellation. La commission estime que l'agence spatiale a besoin d'au moins trois milliards de dollars de plus annuellement pour pouvoir faire des missions habitées au-delà de l'orbite terrestre où elle s'est cantonnée depuis trente ans avec surtout la construction de la Station spatiale internationale (ISS). Constellation prévoit un retour des Américains sur la Lune d'ici 2020 et au-delà des missions habitées vers Mars. Pour ce faire, il est prévu la construction de la capsule Orion, de la fusée Ares 1 pour la propulser ainsi que d'un lanceur plus puissant, Ares 5 pour mettre sur orbite des équipements lourds destinés aux missions sur la Lune, dont un atterrisseur lunaire. Sans écarter le maintien de Constellation, les dix membres de la commission offrent d'autres scénarios dont notamment une approche dite "de voie souple" (flexible path) qui, au lieu d'aller sur le sol lunaire, propose des vols habités vers des astéroïdes et des survols rapprochés de la Lune et de Mars ne nécessitant pas d'atterrisseurs compliqués. Quant aux lanceurs, la commission avance différentes combinaisons mais ne paraît pas favoriser Ares 1 sans pour autant en proposer l'élimination. Interrogé jeudi, Norman Augustine a clairement laissé entendre que Ares 1 n'était pas, selon lui le bon choix pour la Nasa, paraissant préférer un lanceur plus puissant. Mais Doug Cooke, qui supervise le projet Ares 1, n'est pas découragé par ces commentaires. "Le test d'Ares 1-X mardi est très important (...) quelque soit ce qui suivra" car les données recueillies seront précieuses pour construire le prochain lanceur, a-t-il insisté vendredi devant la presse.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution