Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 28 Octobre 2009 à 00:00

Free devrait être seul en lice pour devenir le 4e opérateur mobile

Dernier délai, jeudi à midi, pour postuler à la quatrième licence de téléphonie mobile: après les abandons de plusieurs candidats, le fournisseur d'accès internet Free devrait se retrouver seul en lice pour devenir le nouvel opérateur mobile français. Certes, l'Hexagone est un marché alléchant, avec près de 59 millions de clients pour le mobile et des chiffres d'affaires cumulés de près de 25 milliards d'euros en 2008 pour les trois opérateurs en place (SFR, Orange/France Télécom et Bouygues Telecom). Du coup, quand l'appel à candidatures a été lancé le 1er août, plusieurs groupes se sont déclarés intéressés par cette licence: Iliad, maison mère de Free, l'opérateur mobile virtuel Kertel (ancienne filiale d'Iliad), le câblo-opérateur Numericable, l'opérateur virtuel Virgin Mobile, le conglomérat Bolloré et l'opérateur égyptien Orascom. Presque tous ont depuis jeté l'éponge, découragés par l'ampleur de la tâche: une licence facturée 240 millions d'euros, puis un réseau à construire, évalué à environ un milliard d'euros. Au final, Free, seul à s'être officiellement maintenu, devrait donc, comme lors du précédent appel à candidatures il y a deux ans, se retrouver jeudi seul en compétition. Et l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) pourrait, comme la dernière fois, publier le nom du ou des candidats déclarés dès l'après-midi. Mais alors qu'en 2007, le dossier de Free avait été rejeté car il souhaitait payer la licence, alors facturée 619 millions, en plusieurs fois, désormais le tarif semble taillé sur mesure pour le trublion de l'internet. Au point que le député apparenté PCF Patrick Braouzec ironisait en février sur l'attribution d'une "Free-quence": "tout est bouclé, les décisions sont prises". Pourtant, le président de la République Nicolas Sarkozy s'est récemment déclaré "assez sceptique" sur l'arrivée d'un quatrième opérateur, jugeant que "le prix le plus bas n'est pas forcément le meilleur". Les trois opérateurs ont quant à eux sorti les griffes, multipliant les recours, devant Bruxelles et devant le Conseil d'Etat, contre le prix de la licence qu'ils estiment trop bas par rapport à ce qu'ils avaient dû eux-mêmes débourser dans le passé pour obtenir la leur. Pas de quoi ébranler la conviction de l'Arcep, seule à décider dans ce dossier et dont le président Jean-Ludovic Silicani a réaffirmé l'"indépendance" lundi dans Le Monde. Il a d'ores et déjà prévenu que s'il n'y avait qu'un candidat, la décision serait prise "avant Noël" ou "sinon début 2010", en avance sur le calendrier qui lui laissait jusqu'au 29 mai 2010 pour trancher. Parmi ses critères de choix, il a insisté sur "la crédibilité sur le plan technique et financier" de la candidature. Le nouvel entrant devra notamment prouver qu'il peut financer son déploiement et couvrir 25% de la population en deux ans. Selon les analystes de Natixis, "les chances de succès d'Iliad (...) sont très élevées".


L'arrivée d'un quatrième opérateur mobile en France pourrait faire baisser les prix pour les clients dès 2011, mais il devra atteindre une part de marché suffisante pour rentabiliser la construction de son réseau:

- DE NOUVELLES OFFRES VERS 2011: Free (Iliad) assure que, s'il est choisi,
il ouvrira son service de téléphonie mobile 18 mois après avoir eu la licence.
L'Arcep devrait prendre sa décision avant Noël s'il n'y a qu'un seul candidat
ou sinon, début 2010. Ce qui permettrait à Free, s'il remporte la mise, de se
lancer dès l'été 2011. En arrivant si tard sur un marché où plus de 90% de la
population est déjà équipée, Free viserait les clients quittant leur opérateur
plutôt que ceux n'ayant pas encore d'abonnement. Selon les analystes de
Société Générale, le nombre de clients potentiels (libres d'engagement) serait
d'environ 13 millions début 2012.

- DES PRIX EN BAISSE: Selon un rapport réalisé par Bercy en 2008, l'arrivée
de ce quatrième opérateur ferait baisser les prix de 7%, soit "un gain de
1,224 milliard d'euros par an pour les consommateurs". Free promet de diviser
par deux la facture de téléphonie mobile des Français, sur une base de 2.000
euros par an pour un foyer avec trois abonnements. Mais, a mis en garde lundi
le président de l'Arcep Jean-Ludovic Silicani, "si le nouvel entrant engageait
une vraie guerre des prix, vu la taille des opérateurs en place, il serait le
premier à disparaître".

- DE NOUVELLES ANTENNES: C'est sans doute le point que les Français vont le
moins apprécier. Le nouvel opérateur devra construire son réseau en implantant
de nouvelles antennes: 12.000 selon Numericable, qui vient avec Virgin Mobile
de jeter l'éponge dans le dossier de la quatrième licence. Difficile vu le
manque de place à côté des réseaux existants et les inquiétudes des riverains
sur l'impact sanitaire des ondes. Selon la Société Générale, Free pourrait
nouer des accords avec des acteurs comme TDF ou des sociétés immobilières, qui
disposent d'un grand nombre d'emplacements.

- UN OPERATEUR QUI PEUT ETRE RENTABLE: Bercy estime dans son rapport qu'un
quatrième acteur "apparaît rentable", à condition notamment d'atteindre une
part de marché de 12% au bout de six ans. Free envisage "un plan d'un milliard
d'euros pour couvrir 90% de la population", en plus du prix de la licence (240
millions). Mais d'après les analystes de la Société Générale, "le financement
peut être facilement bouclé" par Free grâce aux "liquidités que génère son
activité internet" et aux conditions favorables que devraient lui faire les
équipementiers télécoms.

- LES PRECEDENTS EN EUROPE: La France est l'un des rares grands pays
européens à n'avoir que trois opérateurs, mais le marché européen a plutôt
tendance aujourd'hui à se concentrer: ainsi, aux Pays-Bas, cinq licences
avaient été concédées, mais seuls trois opérateurs sont désormais en activité,
les plus petits ayant été rachetés.

‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution