Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 3 Novembre 2009 à 00:00

Finie la crise d'ado: à 25 ans, Canal+ entre dans l'âge de raison

Développement à l'international, augmentation des abonnés, forte croissance des bénéfices malgré la crise: la chaîne payante Canal+, 25 ans mercredi, peut fêter dignement son anniversaire et oublier une sombre période pas très lointaine, où elle avait frôlé la faillite. En 25 ans, "on a réussi à maintenir notre différence par rapport à ce qui peut exister dans le secteur. On a réussi à inscrire Canal+ à l'ère du numérique", indique à l'AFP Bertrand Méheut, président de la chaîne depuis 2003. Et s'il devait qualifier la chaîne en un seul mot, M. Méheut dirait "libre". Car avec ses "Guignols" ou son "Petit journal", ses séries réalistes, ses films à résonance politique ou ses "web-séries" (séries uniquement destinées à la toile), la chaîne détonne dans le paysage français audiovisuel. C'est le 4 novembre 1984 qu'André Rousselet, proche de François Mitterrand, fonde Canal+, malgré le scepticisme général. Il s'agit alors de la première chaîne payante en Europe. Pour 140 francs par mois, on peut regarder "une chaîne pas comme les autres, où le cinéma et le sport sont rois", mais aussi le film porno. Aux commandes de programmes devenus très rapidement cultes (Ca cartonne, Nulle part ailleurs, Les Nuls...), Michel Denisot, Patrick Poivre d'Arvor, Antoine de Caunes, Dechavanne, Philippe Gildas ou Alain Chabat. Deux ans plus tard, déjà forte de deux millions d'abonnés, la société fait une introduction en Bourse réussie. Entrée en Belgique, en Espagne ou en Afrique, prise de participation dans le club de football Paris-Saint-Germain, création de la maison de production cinématographique Studio Canal+..., rien ne semble arrêter la société. Jusqu'à 1994, année où elle connaît son premier couac, avec le départ d'André Rousselet, suite à un pacte d'actionnaires entre Havas, la Compagnie générale des Eaux et Société générale. Quand Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi, s'empare de la chaîne en 1999, elle est déjà fragilisée par la concurrence de TPS (opérateur de bouquet numérique de télévisions). En 2001, un plan social tombe alors que la chaîne enregistre son premier recul du nombre d'abonnés. Un an plus tard, Vivendi Universal, lourdement endetté, entreprend une cure d'amaigrissement, dont Canal+ fera en partie les frais: succession de dirigeants (Pierre Lescure remplacé par Xavier Couture, qui est très vite remplacé par Bertrand Méheut), série de cessions (Canal+ Technologies, Telepiu en Italie, les filiales nordiques et du Bénélux de Canal+), nouveau plan social, repli sur la France. Pour maintenir Groupe Canal+ à flots, Vivendi la recapitalise à hauteur de trois milliards d'euros en 2003, alors que son endettement atteignait les cinq milliards. Ses finances redressées, Canal+ retrouve l'appétit et décide de s'emparer de son concurrent historique TPS, dès 2005. Aujourd'hui, le défi est de s'adapter aux nouveaux modes de consommation, liés à l'ère numérique, et répondre à la concurrence des nouvelles chaînes de la télévision numérique terrestre et celle de la télévision sur ADSL. Le développement à l'international, "relais de croissance" selon M. Méheut, va s'accélérer. Déjà présent au Maghreb et en Afrique Francophone, le groupe va lancer un bouquet au Vietnam début 2010. Alors que les chaînes privées se retrouvent en position de faiblesse, en raison de la crise de la publicité, Canal+ a annoncé une hausse de 15% de son chiffre d'affaires publicitaire au premier semestre, par rapport à la même période un an plus tôt. Son bénéfice opérationnel s'est établi à 472 millions d'euros, en hausse de 34,5%.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Serge973 | Mardi 3 Novembre 2009 à 04:17
BONJOUR A TOUS,
TOUT NE VA PAS SI BIEN QUE CA CAR SI MAINTENANT TOUS LES OPERATEURS
TELECOM VEULENT REALISER LEUR PROPRE BOUQUET TV A LEUR PROPRE SAUCE
NOUS AVONS DE QUOI NOUS INQUIETER, NOUS, LES FIDELES ABONNES A C+
PUISQUE FACE A CETTE NOUVELLE CONCURENCE C+ NE POURRA PLUS OBTENIR
TOUS LES FILMS FRANCAIS >> DES FILMS VONT PASSER A LA TRAPPE POUR
NOUS LES ABONNES C+ CAR IL FAUT SAVOIR QUE DE NOS JOURS LE GRAND
PUBLIC N'A PLUS DU TOUT LES MOYENS DE S'ABONNER A PLUSIEURS BOUQUETS A LA FOIS DONC SI LA CONCURENCE ARRIVE ET OBTIENT DES EXCLUSIVITE ON VERRA
QUOI NOUS LES ABONNES A C+ HEIN ??? CETTE CONCURENCE SAUVAGE LA EST
VRAIMENT DEBILE, HALUCINANTE, ET TOTALEMENT NUISIBLE POUR NOTRE CINEMA
FRANCAIS CAR LES "AUTRES" CE SONT AVANT TOUT DES OPERATEURS TELECOM ET LEUR METIER N'EST PAS DU TOUT LA TV >>> CE SONT DONC BIEN LA DES TROMPERIES MONUMENTALES: NOTRE GOUVERNEMENT NE DEVRAIT PAS LAISSER FAIRE DE PAREILLES CHOSES: A CHACUN SON METIER >> VOULOIR VOLER LE METIER DES AUTRES EST TOTALEMENT INNADMISSIBLE...
ALORS ESPERONS QUE NOTRE C+ SAURA TRES VITE EMPECHER CES FAUSSES
CONCURENCES QUI NE PEUVENT ETRE QUE GRAVES TROMPERIES POUR NOUS GRAND PUBLIC D'AUTANT QUE C'EST C+ ET SEULEMENT C+ QUI SOUTIENT NOTRE CINEMA
FRANCAIS DEPUIS 25 ANS >>> ALORS MESSIEURS DES GRANDS GROUPES
REVEILLEZ VOUS VITE ET NE LAISSEZ PAS -JAMAIS- FAIRE DE TELLES STUPIDITEES...
Drims | Mardi 3 Novembre 2009 à 14:38
salut serge 973, tu ne travaillerai pas a CANAL par hasard..........?
Boris | Mardi 3 Novembre 2009 à 15:00
la concurence ne fait pas de mal et C+ s'est trouvé pratiquement en position de monopole sur le marché donc pas de baisse de prix. On voit bien le prix de notre abonnement augmenter inlassablement tous les ans et sans vrai justification. Moins il y aura d'abonnés et plus il réfléchirons à ce qu'ils font. Vive la concurence
Defré | Dimanche 8 Novembre 2009 à 17:21
Je partage le même avis que Boris.
Autre constat, les téléspectateurs possédant un démodulateur satellite HD labélisé TNTSAT (même groupe que Canal+) ou FRANSAT ont accès gratuitement aux chaînes TF1, France 2, M6 et ARTE en Haute Définition contrairement aux abonnés de Canal+ qui sont dans l'obligation de souscrire à l'option HD (7€/mois) pour pouvoir bénéficier des ces mêmes chaînes. La concurrence est elle également présente dans le groupe Canal ?. Canal préfère-t-il avantager ses abonnés ou les utilisateurs de TNTSAT?. En ce qui me concerne, ma lettre de résiliation part à la fin du mois.
Serge973 | Lundi 9 Novembre 2009 à 08:52
AH JE VAIS VOUS RACONTER UNE PETITE HISTOIRE DE CUISINE...
(ET POUR CE QUI EST DE CANAL+ JE SUIS JUSTE ABONNE FONDATEUR DE 1984...)
C'ETAIT AU DEBUT DES EMISSIONS DE MAITE > VOUS SAVEZ LA CELEBRE CUISINIERE DE FR3 QUI TRUCIDAIT SES ANIMAUX EN DIRECT ET LES FAISAIT CUIRE EN DIRECT AUSSI...EH BIEN A SES DEBUTS MAITE NE PASSAIT QUE DANS LE SUD OUEST DE LA FRANCE ELLE N'ETAIT PAS ENCORE NATIONALE... ET MOI QUI A L'EPOQUE ETAIT A COTE DE MARSEILLE JE NE POUVAIS PAS LA VOIR CAR ELLE NE PASSAIT PAS SUR FR3 MARSEILLE MAIS SUR FR3 MONPELIER ET TOUT LE SUDOUEST...MAIS CES EMISSSIONS
M'ENERVAIENT TELLEMENT QUE JE PRIS ALORS MON BALAIS ET ME MIT A TOURNER MON ANTENNE RATEAU VERS MONPTELIER VERS L'OUEST... UN SIMPLE COUP DE BALAIS C'ETAIT 100% GRATUIT ET CA ME PERMETTAIT ENFIN DE VOIR MAITE SUR FR3 MONPTELIER... SES EMISSIONS ETAIENT TELLEMENT SURPRENANTE POUR L'EPOQUE >> J'ETAIS COMMME CHOQUER DE VOIR CA A L'ANTENNE ET CELA VALLAIT BIEN UN COUP DE BALAIS POUR RECEPTIONNER LE BON CANAL ET AINSI LA VOIR 100% GRATUITEMENT...
UN AUTRE COUP DE BALAIS JE ME TRETROUVAIS AU NORD SUR FR3 VAUCLUSE ET DONC UN
DERNIER COUP DE BALAIS ET JE REVENAIS A L'EST SUR FR3 MARSEILLE
MAIS TOUS CES CHANGEMENTS ETAIT A L'EPOQUE 100% GRATUITS AVEC UN SIMPLE COUP DE BALAIS... REFLECHISSEZ UN PEU> SI DEMAIN DIVERS OPERATEURS ONT L'EXCLUSIVITE DE TEL OU TEL PROGRAMME VOUS FEREZ QUOI HEIN? CE NE SERA PAS AVEC UN SIMPLE COUP DE BALAIS GRATUIT QUE VOUS ALLEZ POUVOIR PASSER DE L'UN A L'AUTRE... TINTIN AVEC LEURS CONTRACS COMPLIQUES IMPOSSIBLE DE SE DESABONNER COMME CA...> NON SE SERA FINI DE POUVOIR TOUT VOIR SUR UN SEUL BOUQUET ALORS CE SERAIT VRAIMENT DOMAGE VOILA CE QUE J'EN DIT... PARCE QUE VOUS SAVEZ LA CONCURENCE ELLE N'A PAS QUE DES BONS COTES... MEFIANCE!
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution