Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 4 Novembre 2009 à 00:00

Canal+ souffle ses 25 bougies en ce 4 novembre

Canal+ célébre son quart de siècle. En 25 ans, la première chaîne payante d’Europe a vu défiler sur son antenne les visages les plus connus du petit écran français. De ses débuts provocateurs rassemblés sous la bannière de "l’esprit Canal", la chaîne a mûri et est devenue un groupe diversifié, présent à l’international, une entité qui a su prendre en compte les récentes modifications des habitudes télévisuelles. Le 4 novembre 1984 à 8h, André Rousselet, ancien directeur de cabinet de François Mitterrand donne le coup d’envoi de la quatrième chaîne française, Canal+. A l’époque, les 186.000 abonnés peuvent, pour 140 francs par mois (l’équivalent de 21 euros), avoir accès à des films récents, succès au box-office, et des évènements sportifs retransmis en direct. Le pôle sport s’axe principalement sur le football mais ouvre aussi son antenne à des sports moins médiatisés en France comme le basket-ball, le golf ou la boxe. Après un démarrage poussif et un tassement des abonnements dus au lancement un an plus tard de la cinquième chaîne, La Cinq, Canal+ prend son rythme de croisière à la rentrée 1985 grâce à l’apparition des plages en clair, accessibles à tous les téléspectateurs non abonnés, des films pornographiques et de la diversification de ses programmes.

Coluche, Les Nuls, Groland, Les Guignols... : 25 ans d’impertinence

La chaîne cryptée se créée alors une forte identité, basée sur un ton audacieux, décalé et impertinent, le fameux "esprit Canal". Plusieurs personnalités contribuent à enrichir cette programmation comme Coluche et son Coluche Info, Les Nuls avec Objectif Nul (1987) et Les Nuls... L’émission (1990), Les arènes de l’info (1988) devenue Les Guignols de l’info ou Moustic et l’apparition du pays fictif Groland. Une liberté de ton et une innovation qui imprègnent également son offre de magazines (Mon Zénith à moi avec Michel Denisot, Direct avec Philippe Gildas), et d’information (24 Heures d’Erik Gilbert). Canal+ connaît alors un essor et entame la rentrée 1987 avec deux millions d’abonnés.
C’est cette même année que les téléspectateurs découvrent Nulle part ailleurs. L’émission présentée par Philippe Gildas, qui reste la plus emblématique de la chaîne et l’une des plus cultes du PAF, permet de révéler nombre de talents tels qu’Antoine de Caunes, José Garcia, Jamel Debbouze, Omar et Fred ou Les Robins des Bois.
Canal+ ouvre également son antenne à la fiction et lance dès 1998 les sitcoms à la française à l’image de H où Jamel Debbouze, Eric et Ramzy se retrouvent chaque samedi soir mêlés à des histoires loufoques dans les couloirs d’un hôpital. Depuis, la création française a pris une large place avec des séries au succès critique comme La Commune, Engrenages, Mafiosa ou le récent Braquo. Les fictions américaines y sont également relayées dès 1989 avec l’arrivée des Simpson ou de South Park, puis de 24 Heures Chrono, Desperate Housewives ou Dexter en première exclusivité française.
Un grand nombre d’animateurs confirmés (Patrick Poivre d’Arvor, Christophe Dechavanne, Emmanuel Chain, Michel Field, Guillaume Durand, Nagui...) ont un jour ou l’autre foulé les couloirs de la chaîne. Canal+ a également servi de tremplin à plusieurs nouveaux visages comme Jean-Luc Delarue, Marc-Olivier Fogiel ou Pierre Sled.
La chaîne n’oublie pas pour autant ses deux pôles attractifs, le cinéma et le sport, et n’hésite pas à bouleverser ses programmes pour le Festival de Cannes dont les cérémonies d’ouverture et de clôture sont diffusées en intégralité depuis 1993, les César qu’elle produit et retransmet depuis 1994, ou les Jeux Olympiques.
Rare chaîne à ne pas subir actuellement la crise publicitaire, Canal+ tient aujourd’hui son succès grâce à ses séries, le football (Ligue 1 et Ligue des Champions) et ses trois plages en clair quotidiennes marquées par des programmes forts, La Matinale, initiée par Thierry Gilardi et pilotée désormais par Maïtena Biraben, L’édition spéciale de Bruce Toussaint et Le grand journal de Michel Denisot.
En 2009, Canal+ compte dix millions d’abonnés, en incluant les téléspectateurs de CanalSat, son bouquet de chaînes disponible par satellite lancé en 1992.

La naissance d’un groupe diversifié

En un quart de siècle, Canal+ est passé d’une chaîne unique à un groupe diversifié qui a su prendre à temps le virage de la télévision numérique.
Son action s’est portée dès 1987 vers la création de Canal+ Productions, devenu StudioCanal, une antenne destinée à produire des longs métrages pour le cinéma. Le groupe a également élargi ses thématiques en multipliant le lancement de chaînes (Ciné Cinéma, Ciné Cinéfil, Canal Jimmy, i>Télé...) et lançant son offre satellitaire CanalSat en 1992.
En 2005, après un passage à vide marqué des plans économiques et des restructurations sous la direction de Jean-Marie Messier, président de Vivendi, Canal+ entame son tournant technologique. Dès 2005, CanalPlay, le site de téléchargement légal de contenus vidéo est lancé. Trois ans plus tard, les abonnés peuvent voir ou revoir leurs programmes grâce à Canal+ à la demande et CanalSat à la demande.
Egalement présente à l’étranger, la chaîne s’implante à partir des années 90 en Afrique, Pologne, Suisse, Italie, Danemark, Suède, Finlande et Norvège. Un nouveau déploiement est prévu à l’orée 2010 avec l’arrivée de Canal+ au Vietnam.


‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution