Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 8 Novembre 2009 à 00:00

Le bilan 2008 du sous-titrage des programmes

Comme chaque année, le CSA a dressé le bilan de l’accessibilité des programmes aux personnes sourdes ou malentendantes sur les chaînes de télévision. Pour 2008, le volume des programmes accessibles est en nette progression, tant sur les chaînes publiques que sur les grandes chaînes hertziennes privées. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées fixe aux chaînes publiques et aux chaînes privées dont l’audience est supérieure à 2,5 % de l’audience totale des télévisions, l’obligation de rendre accessible la totalité de leurs programmes (hormis les écrans publicitaires) à partir du 12 février 2010.

Les programmes accessibles par le sous-titrage sur les chaînes publiques:

. Sur France 4
En 2007, France 4 a fait les démarches nécessaires à la mise en place des opérations techniques et administratives du sous-titrage de ses programmes. Depuis le 7 septembre de cette année, une partie de sa grille est adaptée aux personnes sourdes ou malentendantes. Ce volume devrait s’élever à 65 % au mois de décembre.

. Sur France 2, France 3 et France 5
Deux des éditions d’information proposées dans l’émission Télématin, diffusée sur France 2, à 6 h 30 et à 8 h 45, ont été rendues accessiblesla population sourde ou malentendante en proposant à la fois un sous-titrage en mode télétexte et une traduction en langue des signes pour un volume annuel de 31 heures.
Les débats à l’Assemblée nationale et au Sénat sont retransmis en direct sur France 3 avec une incrustation en médaillon à l’écran offrant la traduction en langue des signes par un interprète. Ces programmes sont également et simultanément accessibles par le sous-titrage spécifique disponible en mode Ceefax.

. Sur France 5, une émission spécifique de 26 minutes, L’Œil et la Main, diffusée chaque semaine, fait une large part à la langue des signes. Ce magazine aborde les préoccupations des personnes sourdes ou malentendantes, ainsi que des sujets d’information générale.

. Sur les antennes de RFO en outre-mer
Tout le réseau RFO reprend les programmes suivants, traduits en langue des signes, de France 2, France 3 et France 5 :
- Le Journal pour sourds et malentendants sur France 2 ;
- Les débats parlementaires sur France 3 ;
- L’Œil et la Main et À vous de voir sur France 5.
En outre, la station de la Réunion assure la production d’un journal télévisé local hebdomadaire en langue des signes d’une durée de sept minutes. En 2008, Télé Réunion a également réalisé cinq numéros du magazine DZ Le Mag et sept numéros de l’émission Fenêtre sur Kour doublés en langue des signes.

. Sur les chaînes hertziennes privées réalisant plus de 2,5 % de l’audience totale des services de télévision en 2008
- Canal+ a déclaré avoir proposé 90 oeuvres cinématographiques en version « sous-titrage incrusté » destinée aux personnes sourdes ou malentendantes, soit 18 titres de plus que son obligation. Au total, toutes versions confondues (version multilingue, VOST, Incrust et Ceefax), la chaîne a diffusé 3 952 heures d’émissions accessibles par le sous-titrage, soit près de 50 % de ses programmes.
Dans le cadre des dispositions législatives relatives à l’accessibilité des programmes aux personnes sourdes ou malentendantes qui prévoient que le CSA doit passer des conventions avec ces chaînes, le Conseil, après une période de concertation avec les diffuseurs et les associations représentatives des personnes sourdes ou malentendantes, a adopté, le 26 juin 2007, les principes suivants :

. Sur les chaînes privées réalisant moins de 2,5 % de l’audience totale des services de télévision en 2008
- les chaînes hertziennes dont l’audience moyenne annuelle est inférieure à 2,5 % de l’audience totale des services de télévision doivent s’engager à rendre accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes, par des dispositifs adaptés définis en concertation avec les associations représentatives, et en particulier aux heures de grande écoute, 40 % des émissions, hors écrans publicitaires, à compter de l’année 2010, en s’attachant notamment à assurer l’accès à la diversité des programmes diffusés ;
- les chaînes conventionnées du câble et du satellite doivent s’engager à rendre accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes, par des dispositifs adaptés définis en concertation avec les associations représentatives, et en particulier aux heures de grande écoute, 20 % des émissions, hors écrans publicitaires, à compter de l’année 2010.
La cession ultérieure à tout autre éditeur de tout programme que la chaîne a sous-titré devra inclure le sous-titrage.

.Sur les chaînes hertziennes numériques (TNT) réalisant moins de 2,5 % de l’audience totale des services de télévision
En 2008, seules W9, Direct 8, NRJ 12, NT1 et TF6 ont déclaré avoir rendu accessible une partie de leurs programmes, pour des volumes encore faibles à l’exception de W9, mais qui montrent la volonté de ces chaînes de prendre en compte les difficultés des téléspectateurs sourds ou malentendants.
Pour W9, l’augmentation très importante du volume des programmes sous-titrés s’explique par l’attention portée aux vidéomusiques, dont 2 857 heures ont été sous-titrées, soit près de 80 % du volume global des vidéomusiques diffusées. La série Les Simpsons est également sous-titrée. Ce niveau important de sous-titrage est en partie réalisé grâce à la chaîne mère M6.
Plusieurs chaînes ont également signé l’avenant à leur convention qui fixe à 40 % le taux de programmes devant être sous-titrés, en 2010, pour les personnes sourdes ou malentendantes : Direct 8, LCI, Paris Première, TPS Star, Virgin 17 et W9.
Des négociations sont encore en cours pour adapter les dispositions aux caractéristiques de certaines chaînes, des chaînes d’information notamment.

.Sur les chaînes diffusées sur le câble, le satellite, l’ADSL, etc.
En 2008, les chaînes payantes conventionnées qui n’utilisent pas de fréquences assignées par le Conseil (les chaînes diffusées non sur le réseau hertzien terrestre mais sur le câble, le satellite, l’ADSL, etc.) se sont peu investies dans l’accessibilité de leurs programmes aux personnes sourdes ou malentendantes. La plupart mettent en avant les coûts élevés que cela représente. Des négociations sont encore en cours avec ces chaînes pour lesquelles le coût d’un sous-titrage adapté peut mettre en péril une économie déjà fragile.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Petitnicolas | Dimanche 8 Novembre 2009 à 12:15
Il faut nettement relativiser ce constat pour les plates-forme ADSL : pas de sous-titrage ni choix de langue sur les versions HD des chaines, pas de sous-titrage sur NT1 ou encore TMC. Le signal télétexte ne passe pas non plus. Les opérateurs nous revoient vers les chaines et vice-versa.
Oxymore | Dimanche 8 Novembre 2009 à 21:23
" Mettre en péril une économie déjà fragile" : soyons sérieux ! Si les journalistes commencent a faire du corporatisme en défendant les médias qui les nourrissent alors je comprend vos conclusions. "Les handicapés je peut pas, ca me coute cher, désolé ?!" : les chaines n'hésitent pas à investir en masse dans les nouveaux medias numérique pour faire payer leur contenus sur internet et mobile, a coté de cela le sous-titrage ne représente pas grand chose. Je souhaite a chaque personne ayant ce genre d'argument de se retrouver handicapé et il verra que les argument économiques "des valides et des biens portants" lui sembleront bien loin face au fossé qu'il aura laissé se creuser. "Une décision démocratique peut n'être pas populaire tant qu'elle vise effectivement et objectivement à l'intérêt de tous" maintenant si vous désirez mettre des catégories de gens a part pour des motifs économique, certains pays ont fait ca très bien pendant des années, je vous souhaite d'y vivre ...
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution