Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 19 Novembre 2009 à 00:00

Enfants scotchés aux écrans : le débat relancé par une campagne et un livre

"Faut-il interdire les écrans aux enfants?" Un pédopsychiatre et un philosophe confrontent leurs points de vue dans un livre, alors que le Conseil de l'audiovisuel lance vendredi une campagne pour sensibiliser les parents à l'impact de la télévision sur les jeunes enfants. "En France, les enfants passent plus de trois heures et demie par jour devant leurs écrans. Autrement dit, plus de 1.200 heures par an à regarder la télévision, à surfer sur internet, à jouer sur leur console ou à envoyer des SMS", constate le livre d'entretiens de Serge Tisseron et Bernard Stiegler. Contre 900 heures sur les bancs de l'école. "La prévention de l'excès d'écrans à l'adolescence ne commence pas à quatorze ans, ni même à douze, mais dès la maternelle !", met en garde le pédopsychiatre Serge Tisseron. Il a établi "une règle simple" pour guider les parents, la règle "3, 6, 9, 12" : pas d'écran avant 3 ans, pas de console de jeux personnelle avant 6 ans, pas d'internet avant 9 ans, âge à partir duquel l'enfant peut commencer à surfer sur le web, mais à condition d'être accompagné. A 12 ans, il est censé pouvoir utiliser seul internet. Mais, avertit Serge Tisseron, "il ne faut jamais que l'enfant développe un rapport uniquement solitaire aux écrans". "La télévision +gèle+ la première identification privilégiée du tout-petit", explique-t-il : "au lieu d'apprendre à jouer tous les rôles", comme dans le jeu, "il se cramponne à celui des personnages dont il se sent le plus proche". De son côté Bernard Stiegler souligne que "la consommation audiovisuelle précoce" modifie le développement cérébral, avec pour conséquence un déficit attentionnel. Elle "suspend également la motricité", "principal moyen d'expression" du jeune enfant, indique-t-il. La télévision diminue aussi "la relation entre le petit enfant et son environnement affectif, voire la rompt tout à fait, ce qui est calamiteux". Il estime que les images télé "sont dangereuses pour un enfant de moins de 5 ans". Pour le philosophe, ce ne sont "ni les parents ni les enfants qu'il faut accabler d'une responsabilité qu'ils ne peuvent évidemment pas assumer seuls". Le CSA "a des prérogatives et doit les exercer", souligne-t-il. La campagne de sensibilisation du CSA, à l'occasion des 20 ans de la convention internationale de l'enfant, se déroulera sur trois jours. Les grands diffuseurs (France Télévisions, TF1, Canal+, M6, chaînes télévision d'Orange) ont mutualisé leurs moyens pour tourner un spot commun. "L'idée générale est qu'il ne faut pas laisser les enfants seuls devant la télévision", a expliqué Françoise Laborde, membre du CSA et présidente du groupe de travail sur la protection de l'enfance. ("Faut-il interdire les écrans aux enfants?", de Bernard Stiegler et Serge Tisseron, Editions Mordicus, 112 pages, 9,50 euros).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution