Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 6 Décembre 2009 à 00:00

RFI: 271 candidats au départ, une "fuite des cerveaux" selon les syndicats

Quelque 271 salariés de Radio France Internationale (RFI), dont la moitié de journalistes, sont candidats au départ dans le cadre du plan social qui ne prévoit, lui, que 206 suppressions d'emplois, indique jeudi l'intersyndicale, dénonçant une "fuite des cerveaux".Le guichet départs, ouvert fin octobre et clôt la semaine dernière, a enregistré 271 candidats, qui ont jusqu'au 8 décembre pour se rétracter.
"Face à l'afflux des départs, la direction semble accepter de ne pas procéder à des licenciements secs", écrit dans un communiqué l'intersyndicale SNJ, FO, SNRT-CGT et SNJ-CGT, qui réclame depuis des mois que le plan social soit transformé en plan de départs volontaires. La directrice déléguée, Geneviève Goëtzinger, a confirmé à l'AFP qu'il pourrait n'y avoir aucun départ contraint mais "à condition que les salariés dont le poste est supprimé acceptent d'être reclassés dans l'entreprise".
Le plan social annoncé en janvier prévoit 206 suppressions d'emplois sur un millier et la fermeture de six rédactions de langues (allemand, albanais, polonais, serbo-croate, turc et laotien). Environ 80 postes doivent disparaître dans les rédactions de langues, une vingtaine à la rédaction en français. Mais selon Maria Afonso, secrétaire (FO) du CE, "la plus grosse hémorragie se fait dans les secteurs censés se développer: le français, l'anglais et le multimédia. C'est un désaveu de la direction". "Cinq chefs de service sur sept", dont le chef de service en langue anglaise, et "80% de l'encadrement intermédiaire à la rédaction en français", veulent partir ajoutent les syndicats. "La fuite des cerveaux, des talents et des compétences à laquelle on assiste n'est rien d'autre, dans la très grande majorité des cas, qu'un vote de défiance avec les pieds", commentent-ils.
"Comment faire fonctionner la société après une telle saignée?", s'interrogent-ils, ajoutant que le PDG de la station publique, Alain de Pouzilhac, va devoir maintenant obtenir "le feu vert financier des autorités de tutelle". La direction, qui ne fera un point sur la situation qu'après le 8 décembre, fait valoir que les conditions de départ proposées sont "intéressantes", avec notamment 36 mois de salaire pour les salariés de plus de 30 ans d'ancienneté. "Elles ne sont pas si avantageuses pour les autres. Mais de nombreux jeunes veulent quand même partir: la précarité et la crise ne les retiennent pas, preuve qu'il n'y a pas de perspectives pour l'entreprise", a dénoncé Mme Afonso.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution