Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 14 Décembre 2009 à 00:00

"Istoriou Breizh", une série en breton par le réalisateur d'"Un gars, une fille"

"Piou eo?" (c'est qui?), interroge, sous l'oeil des caméras, l'étudiante à l'adresse du professeur aux cheveux gris : France 3 Ouest tourne en breton "Istoriou Breizh", une série réalisée par Luc David, la signature du cultissime "un gars, une fille". Au plan technique, "nous avons fait le choix du meilleur à tous les niveaux", affirme Olivier Roncin. La réalisation a été confiée au Québécois Luc David, un réalisateur expérimenté. Le budget de 940.000 euros est supporté pour moitié par France 3. Avec peut-être de nouveaux épisodes à la clé si l'accueil est bon. "C'est scénarisé comme une série télé. C'est fait pour être pétillant, vif", assure Olivier Roncin, de Pois Chiche Films.
A priori, le thème ne s'y prête pas vraiment : dix épisodes de 13 minutes sur l'histoire de la Bretagne. "Une histoire que les gens ne connaissent pas puisqu'on ne l'enseigne pas", relève Bernez Rouz, responsable des émissions en langue bretonne à France 3 Ouest, coproducteur de la série. Comme toute série, "Istoriou Breizh" (histoires de Bretagne) "obéit à un rituel", souligne Olivier Roncin: le début et la fin de chaque épisode se déroulent dans le bureau du professeur, Loeïz Le Meur, confronté à une remuante étudiante, Anna.
La trame de chaque épisode est identique: un fait historique qui fait débat ou une personnalité controversée. Programmée pour l'automne 2010, la série traite ainsi aussi bien de Bertrand du Guesclin (1320-1380), de la révolte des Bonnets Rouges (1675), d'Anne de Bretagne ou de la vieille lune que constituent les supposées origines paternelles bretonnes de Napoléon Bonaparte (1769). "La fiction coûte très cher et, dans le cas présent, il fallait trouver des subterfuges pour parler d'histoire. Le choix du contemporain s'est imposé", souligne Jean-Michel Le Guennec, responsable de l'antenne régionale. Le tout "avec un ton léger qui, on l'espère, donne envie, et où ceux qui veulent, mine de rien, apprendront quelque chose", ajoute Bernez Rouz. Au plan technique, "nous avons fait le choix du meilleur à tous les niveaux", affirme Olivier Roncin. La réalisation a été confiée au Québécois Luc David, un réalisateur expérimenté.
Le budget de 940.000 euros est supporté pour moitié par France 3. Avec peut-être de nouveaux épisodes à la clé si l'accueil est bon. Car si la série vise un large public, l'idée est aussi, au-delà des programmes habituels en langue bretonne, "de travailler pour la nouvelle génération de jeunes bretonnants" qui ont appris la langue à l'école, assure Bernez Rouz. Ils sont environ 9.000 entre 18 et 30 ans, mais "ça augmente sensiblement chez les moins de 18 ans. D'où l'importance de créer des émissions pour ces jeunes (...) qui consomment la télévision de manière très différente", estime Olivier Roncin. "On surveille la consommation de nos programmes sur internet. On a d'excellents résultats sur les émissions du samedi matin", relève M. Le Guennec.
"Les deux tiers de la production audiovisuelle en langue bretonne sont des créations originales, le dernier tiers étant des doublages", explique Catherine Bouroullec de l'Office de la langue bretonne. Portées aussi par des sociétés privées, "la production sur internet se développe, de même que la production de sitcom, destinée aux jeunes locuteurs", note Mme Bouroullec. "Les télévisions locales sont également des diffuseurs potentiels", souligne-t-elle. Selon la dernière étude, les bretonnants sont estimés à 206.000, dont la moitié a plus de 75 ans. Dans 10 ans, ils seront environ 100.000. Pour Olivier Roncin, pas de doute: "soit la langue bretonne a une existence audiovisuelle, soit elle est condamnée".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Curbi | Mercredi 28 Avril 2010 à 11:41
C'est génial j'adore le projet. J'ai fait quelques recherches autour du projet et j'ai découvert pas mal d'info sur le site touscoprod.com. Il permet à n'importe qui de devenir coproducteur d'un film, série, documentaire, ... et d'avoir accès à des contenus exclusif, par exemple on peut voir un teaser de Istor Breizh sur le site.
Plus d'infos sur : http://www.touscoprod.com/pages/projet/fiche.php?s_id=5151
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution