Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 27 Janvier 2010 à 00:00

A la radio et à la télévision, on ne connaît plus la chanson

Dans un contexte de crise persistante du disque, l'industrie musicale réunie au Midem de Cannes se plaint du manque de soutien des radios et des télévisions, estimant que la musique y est de plus en plus reléguée aux heures de faible écoute. "On est dans un contexte médiatique épouvantable, avec une véritable difficulté pour les producteurs à faire connaître leurs artistes par les principaux médias", a dénoncé Vincent Frèrebeau, patron du label Tôt ou Tard et président de l'UPFI, qui représente les producteurs indépendants. La liste des doléances de la filière depuis le début du Midem (Marché international de la musique et de l'édition musicale) est longue.
Le cas de "Taratata" est, pour beaucoup, emblématique. Le show animé par Nagui est une des seules émissions du PAF entièrement consacrée à la musique, où artistes confirmés et jeunes talents viennent interpréter leurs nouveautés en plateau. Lors de sa création en 1993, l'émission était programmée en deuxième partie de soirée sur France 2. Mais, elle est désormais diffusée chaque mois sur la chaîne de la TNT France 4 à 20H35, puis rediffusée en fin de soirée sur France 2. "On s'est plaint de l'horaire tardif de Taratata, qui était diffusé à 01H30 et qui a été courageusement ramené à 00H35. On a dû s'y mettre à sept pour obtenir ça !", s'est insurgé M. Frèrebeau.
Le service public n'est pas le seul concerné. "Il semblerait que depuis janvier, M6 se soit mis à respecter a minima ses obligations par rapport aux diffusions de clips et qu'il n'y ait plus que de rares clips non francophones qui soient diffusés dans des plages +classiques+", a déploré Marc Thonon, le patron d'Atmosphériques. Signe du malaise, les majors du disque montent aussi au créneau. Selon le Snep, principal syndicat de producteurs français, la part de la musique diffusée en première partie de soirée est inférieure à 1% sur les chaînes hertziennes et plafonne à 2,9% sur les chaînes de la TNT.
Pire, selon le syndicat, Virgin 17 et W9, deux chaînes de la TNT à caractère musical, ne diffusent jamais de musique en prime time. Selon la filière, la situation n'est guère meilleure à la radio. La part de musique à l'antenne a reculé de 4,5 points entre 2002 et 2009, passant à 59,1% et la programmation francophone est concentrée sur des heures de faible écoute. Les 15 nouveautés francophones les plus diffusées représentent à elles seules 84,6% des diffusions totales de nouveautés francophones, ce qui signifie que les radios remplissent leurs quotas en n'utilisant que quelques titres à succès. "De plus en plus de radios musicales remplacent la diffusion de musique par des talk-shows", s'est également insurgé le Pdg d'Universal Music France, Pascal Nègre.
Lors de sa venue au Midem dimanche, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand s'est lui-même ému de la situation. Estimant que le service public avait "vocation à être le lieu des découvertes" et que la musique devait être "intégrée à des émissions plus généralistes", il s'est dit prêt à "revoir le cahier des missions et des charges de France Télévisions sur cette question". Et les chaînes qui consacrent plus de 50% de leur temps d'antenne à la musique seront incitées à diffuser davantage de concerts et de spectacles vivants, a-t-il assuré.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

T-buster | Mercredi 27 Janvier 2010 à 20:13
LOL on va bientôt avoir droit à une heure de musique de major obligatoire par jour.
Bienvenu dans le meilleur des mondes.
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution