Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 19 Mai 2001 à 00:00

En Thaïlande, la "télé réalité" remonte le temps

Un stage commando ? Non.

Du badinage à la "Loft Story" ? Pas du tout. Du sexe encore moins. En Thaïlande, loin de préfigurer l'avenir, la "télé réalité" remonte le temps, c'est une plongée dans un petit village du Siam des siècles passés.

L'émission télévisée s'appelle "Game Cheevit" (Le Jeu de la Vie) et est diffusée les samedi et dimanche après-midi depuis le 15 avril et pour encore quelques semaines. Elle a du succès. L'intérêt est de suivre les aventures de douze jeunes adultes livrés à eux-mêmes dans un "village siamois" reconstitué et dépourvu, bien sûr, de toutes les aménités de la vie moderne.

Comme dans d'autres modèles étrangers, les participants --six femmes et six hommes-- s'éliminent progressivement un par un en votant. Les cinq derniers se retrouveront lors d'une finale spéciale, dont les détails sont tenus secrets, et le vainqueur empochera 500.000 bahts (11.135 dollars).

En majorité des cols blancs et des étudiants, les 12 joueurs sont âgés de 20 à 22 ans. On les a sélectionnés parmi 5.000 candidats. Durant les 34 jours passés ensemble au vieux royaume de Siam, jeunes gens et jeunes filles vivent, séparément, dans deux maisons en bois traditionnelles au milieu d'un grand jardin.

"Les jeunes Thaïlandais n'ont jamais su comment vivaient nos ancêtres il y a un siècle. Voilà la chance d'apprendre par eux-mêmes à quoi ressemblait la vie à l'époque", a expliqué à l'AFP le producteur de l'émission Chavalit Pongsukvechakul. L'idée est bien dans l'air du temps et de sa poussée de fierté siamoise, pacifique mais revancharde, avec le populisme plébiscité du Premier ministre Thaksin Shinawatra.

Derrière la façade d'une capitale cosmopolite, la vivacité du nationalisme thaïlandais --siamois avant 1939-- est souvent sous-estimée. Comme en témoigne le récent triomphe au cinéma du film "Bang Rajan", qui a battu tous les records de popularité en Thaïlande, et à la télévision de drames historiques comme "Atita" et "Luk Tat (Le Fils de l'Esclave).

Basé sur une histoire que tous les Thaïlandais apprennent à l'école, "Bang Rajan" raconte la résistance épique mais vaine d'un village siamois durant une des nombreuses invasions de l'ennemi héréditaire birman au 17ème siècle.

Le film a visiblement plu aux foules par son patriotisme sans état d'âme et son message de sacrifice. Une façon de se venger des humiliations de la crise économique de 1997, assurent les sociologues. Par souci de véracité et pour respecter l'esprit du jeu, les participants de "Game Cheevit" sont même habillés de tenues paysannes d'antan.

Pour décor, les deux maisons villageoises du 19ème siècle qui ont été reconstruites dans la province de Suphan Buri, à 130 km au sud de Bangkok. Un professeur d'archéologie a été recruté comme conseiller pour vérifier que la reconstitution est scrupuleusement historique.

Là, toute trace de confort contemporain a disparu, ou du moins est cachée aux joueurs qui doivent par exemple fourrager pour trouver leur nourriture, notamment en bêchant et pêchant. Toutefois, pour les préparer à remonter le temps, de vrais paysans leur ont appris à attrapper le poisson, cuire le riz, pagayer et faire le feu selon les méthodes ancestrales.

Détail piquant, une équipe médicale a été mise en alerte durant les tournages, avec du sérum, car Suphan Buri est connue pour héberger des cobras. Le "Jeu de la Vie" en est à sa deuxième édition.

L'an dernier, les candidats devaient se dépatouiller dans un grand restaurant où ils s'exerçaient tour à tour aux cuisines, au service et à la caisse. La prochaine version se déroulera, c'est moins original, dans un camp d'entraînement militaire.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution