Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 29 Mai 2001 à 00:00

La télé publique hongroise en crise

Embourbée dans des problèmes financiers, en perte d'audience, soupçonnée de fraude et de manipulations politiques, la télévision publique hongroise traverse une crise depuis la libéralisation du secteur médiatique.

Depuis 1996, la télévision d'Etat, Magyar Televizio (MTV), doit faire face à la concurrence de deux chaînes commerciales et de chaînes câblées qui lui ravissent une partie de son audience.

En cinq ans, neuf présidents se sont succédés à sa tête et la part d'audience est tombée en-dessous de 10% de l'audience nationale. Selon un analyste, Peter Bajomi Lazar, "l'apparition d'émetteurs commerciaux a ôté des revenus à la télévision publique". La télévision publique "est dans une situation difficile", notamment due "aux dettes qui se sont accumulées au cours des années", a reconnu le porte-parole de MTV, Ferenc Koeszegi.

Avant 1996, elle avait un monopole sur la télévision terrestre et un monopole virtuel sur l'ensemble des émissions télévisées. Une chaîne d'Etat par satellite a été créée en 1992 pour les Hongrois de souche vivant dans les pays voisins. Les problèmes ont commencé avec l'arrivée de la concurrence privée.

L'année dernière, MTV a enregistré plus de 10 milliards de forints (38,8 millions d'euros) de pertes, bien que que l'Etat eût racheté son siège pour lui permettre de payer ses factures. MTV, qui compte 1.700 employés et autant de pigistes, a licencié plus de 140 employés en avril, après la démission de son ancien directeur, Laszlo Zsolt Szabo. Elle a perdu de sa crédibilité auprès des téléspectateurs qui ont réalisé qu'elle était plus proche du gouvernement que les télévisions privées.

En mars, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) a déploré que les émetteurs publics, et notamment MTV, soient "affaiblis au point d'être menacés de disparition à cause de manipulations politiques et d'une négligence délibérée des autorités responsables".

La FIJ a dénoncé le fait que les partis d'opposition ne sont pas représentés dans les conseils d'administration de la radio-télévision nationale, alors que les proches du gouvernement sont trop représentés dans les émissions d'information.

En avril, le président de la Commission européenne Romano Prodi a sommé Budapest de régler la question de l'indépendance des médias publics avant l'entrée de la Hongrie dans l'Union européenne. Le Premier ministre conservateur Viktor Orban a rétorqué que les médias étaient libres en Hongrie.

Cependant, en février, le Conseil de la radio et la télévision nationale (ORTT) a indiqué que 83% des participants aux émissions d'informations de la chaîne faisaient partie du gouvernement contre 14% pour l'opposition. La promesse de Orban d'harmoniser la législation hongroise sur les médias avec celle de l'UE n'a pas convaincu tout le monde.

"Le problème est que même les lois actuelles sur les médias ne sont pas respectées", a déclaré Bajomi Lazar, de l'Université centre-européenne à Budapest.
Pour achever le tableau, MTV fait l'objet, depuis la semaine dernière, d'une enquête contre X pour "présomption de détournements de fonds".

Selon le Comité de contrôle de la télévision, des responsables de MTV ont vendu des archives de valeur en-deçà des prix du marché et ont payé des producteurs extérieurs à la télévision environ huit fois le prix versé à des producteurs internes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution