Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 14 Juillet 2001 à 00:00

La fusée Ariane-5

La fusée Ariane-5, qui vient de connaître une défaillance technique sur son étage supérieur en raison de laquelle ses deux satellites n'ont pas pu gagner une orbite correcte, est d'une conception complètement différente de celle des précédents lanceurs Ariane.

Son début de carrière avait été "éclaboussée" par l'échec de son vol inaugural, en juin 1996, mais elle avait réussi à ce jour cinq vols commerciaux. De 45 à 56 mètres de haut, selon la coiffe choisie en fonction de la taille des satellites à protéger, Ariane-5 doit pouvoir mettre de 5,9 tonnes (en lancement double) à 6,8 tonnes (en lancement simple) de charge utile en orbite géostationnaire et 18 tonnes orbite basse.

Elle comprend deux parties (ou "composites"). La partie inférieure est constituée d'un étage principal cryotechnique (EPC) et deux étages latéraux d'accélération à poudre (EAP). Le composite supérieur est doté d'un étage à combustibles stockables placé au-dessous de la case à équipement (le "cerveau" du lanceur) et des structures porteuses des "passagers".

L'étage cryotechnique de 30 m de haut et 5,4 m de diamètre fournit l'essentiel de l'énergie nécessaire au lancement. Son moteur Vulcain brûle, en dix minutes, 132,5 tonnes d'oxygène et 26 tonnes d'hydrogène liquides. Mais au décollage, ce sont les deux EAP, de 31 m de haut et 3 m de diamètre, allumés sept secondes après le Vulcain, qui assurent les neuf dixièmes de la poussée nécessaire pour arracher à la pesanteur les 710 à 718 tonnes du lanceur. Au bout de deux minutes, ils se séparent de la fusée, après avoir brûlé chacun plus de 237 tonnes de propergols solides.

L'étage à propergols stockables (EPS), de 3,3 m de haut et de 4 m de diamètre, intégré au composite supérieur, prend enfin le relais pour ajuster la trajectoire avant de procéder à la mise en orbite de la charge utile.

Son moteur Aestus de fabrication allemande, dont une poussée insuffisante pour des raisons qui n'ont pas encore pu être établies avec précision est à l'origine de la mise des satellites Artemis (Europe) et BSAT-2b sur une orbite trop basse.

Normalement, ce moteur fonctionne pendant 18 minutes en consommant 6,5 tonnes de peroxyde d'azote et 3,2 tonnes de monométhyl hydrazine. Dépourvu de toute pièce mécanique, Aestus constitue en principe la partie la moins vulnérable des systèmes propulsifs du lanceur.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution