Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 9 Août 2001 à 00:00

"Nuit des étoiles" sous le signe de la pollution

Soirée télévisuelle au départ, la "Nuit des étoiles", étendue depuis l'an dernier à trois jours, continue de prendre de l'ampleur: 349 sites seront cette année ouverts au public, jeudi, vendredi et samedi, contre 300 l'an dernier, qui avaient accueilli au total plus de 100 000 personnes, et 200 en 1999.

Le succès rencontré par cette soirée lancée il y a dix ans pour célébrer les météores du début août, les Perséides, et par les manifestations qu'elle a suscitées, témoigne de la fascination immémoriale des hommes pour le ciel. Les représentations d'étoiles dans les gravures préhistoriques laissent penser que l'observation de la voûte céleste est sans doute aussi vieille que l'humanité.

Née de cette observation, l'astronomie est l'une des plus anciennes disciplines scientifiques. De toutes les sciences, elle est aussi la plus populaire, celle où les amateurs peuvent atteindre un niveau respectable et contribuent pour une part non négligeable à l'accumulation des connaissances. Le phénomène touche tous les pays développés: on compte plus de 100.000 astronomes amateurs de haut niveau dans le monde, les revues de vulgarisation sont florissantes et nombreuses sont les comètes découvertes par des amateurs... chevronnés toutefois.

La conquête spatiale a aussi grandement contribué ces dernières décennies à entretenir cette fascination du ciel et de la technique. Bref, le ciel s'est banalisé. Mais le succès de cette Nuit des étoiles tient aussi peut-être à des raisons plus concrètes: Sous nos latitudes, l'été constitue pour les citadins en vacances le seul moment véritablement propice à la contemplation des étoiles.

La multiplication des éclairages nocturnes, la pollution atmosphérique concourrent toutefois à priver une grande partie des populations de cette vision du ciel. Aussi, l'Association Française d'Astronomie (AFA), l'Association Nationale Sciences Techniques Jeunesse et la Société Astronomique de France (SAF), principales organisatrices de cette Nuit, ont-elles décidé, avec la participation de l'Institut de Mécanique Céleste (ex-Bureau des Longitudes), de lancer à cette occasion une enquête sur l'état du ciel en France.

"Si les images nocturnes prises par les satellites donnent une vision globale de l'ampleur du problème, peu d'études systématiques ont été faites sur l'état du ciel vu du sol", soulignent les organisations. Pour aider à dresser une carte nationale, les organismes invitent tout un chacun à identifier l'étoile la plus faible en éclat qu'il est possible d'observer à l'oeil nu.

La comparaison de multiples observations sur le territoire national devrait ainsi permettre de connaître les zones où les amateurs auront été les plus nombreux à avoir accès aux étoiles les moins brillantes, c'est-à-dire les zones plus favorables ce jour-là à l'observation des astres peu lumineux. Deux conditions requises: un ciel sans nuage ou brume et un site le plus éloigné possible des lumières parasites directes.

Les observations devront aussi être impérativement effectuées au moins deux heures après le coucher du Soleil et avant le lever de la Lune. ("Nuit des étoiles" sur France 2, jeudi 9 août, 23h05. Liste des manifestations consultable sur le site internet de Ciel et Espace: www.cieletespace.fr ou au 01 45 89 81 44).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution