Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 27 Août 2001 à 00:00

L'internet administratif

Le ministre de la Fonction publique Michel Sapin a promis le tout internet administratif en 2005.

"D'ici 2005, l'ensemble des services publics seront devenus des téléservices publics", a lancé Michel Sapin à la 22e Université de la communication d'Hourtin (Gironde), inaugurant ainsi la "deuxième étape de l'administration électronique" avec l'ambition de placer l'internet "au coeur du fonctionnement public, au coeur de la démocratie".

La première avait été initiée en 1997 lorsque le Premier ministre Lionel Jospin avait décrété l'entrée de la France dans la société de l'information, à Hourtin déjà. "La France a rattrapé à marche forcée son retard, mais ce second élan était nécessaire car beaucoup d'autres pays l'ont déjà engagé", a-t-il dit.

Pour accompagner ce nouveau chantier, le ministre de la Fonction publique et de la réforme de l'Etat a annoncé la création d'une Agence pour les technologies de l'information et de la communication dans l'administration (ATICA). Elle sera chargée des questions techniques. Une campagne de communication autour du portail de l'administration (www.service-public.fr) sera également lancée à l'automne.

Le tout fera l'objet d'un 4ème comité interministériel pour la société de l'information, fixé au 10 octobre. Reste que, selon des statistiques publiées par le secrétariat d'Etat à l'Industrie, seulement un Français sur cinq était connecté à internet à domicile en mai dernier, et les intentions de connexion à domicile sont en forte baisse. Michel Sapin a également inauguré un nouvel espace "téléservices" sur www.service-public.fr, qui réunit désormais 60 services en ligne, nationaux ou locaux.

Ils permettent d'effectuer des démarches aussi diverses qu'une demande d'extrait de casier judiciaire ou, pour une entreprise, ses déclarations fiscales et sociales. Une nécessaire clarification de l'offre: à ce jour, la France dispose de quelque 4.200 sites publics épars qui permettent déjà de télécharger un millier de formulaires, avec un succès croissant.

Au cours des trois derniers mois, 35.000 personnes ont par exemple commandé sur internet un extrait de casier judiciaire, soit 17% des demandes enregistrées pendant cette période. Demain, a auguré Michel Sapin, inscrire en ligne ses enfants à l'école, échelonner ses prélèvements de l'impôt sur le revenu ou prendre un rendez-vous avec sa caisse d'allocations familiales seront des réalités quotidiennes.

Michel Sapin se veut toutefois soucieux de ne pas creuser la fracture numérique dans l'administration. "Il ne faut pas qu'il y ait une administration de première classe sur la toile et de seconde classe aux guichets", a-t-il souligné, s'engageant à "ne jamais oublier d'améliorer le service public classique.

Quant aux fonctionnaires, ils apprécieront, à l'en croire, "de ne plus gérer des files d'attentes qui s'allongent".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution