Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 28 Août 2001 à 00:00

la rentrée de France 2

Pas de "télé réalité" mais le "miroir et la loupe" de la réalité des Français : en cette rentrée 2001, France Télévision se veut "une fenêtre sur le monde" sans voyeurisme, cultivant à l'inverse un "idéal de diversité".

"Nous sommes la télévision miroir, la loupe, mais nous ne sommes pas voyeuristes, nous n'affectionnons pas la glace sans tain", a lancé Marc Tessier, lors de la conférence de presse de rentrée de la holding qu'il préside (France 2, France 3, La Cinquième). "Eux c'est eux, nous c'est nous", a-t-il affirmé en se démarquant nettement des affrontements des chaînes commerciales sur le terrain de Big Brother. Le groupe audiovisuel public (40,7% d'audience cumulée pour les trois chaînes) s'est fixé comme premier défi l'info, avec un renouvellement des présentateurs des journaux télévisés de France 2, distancée par TF1 et France 3.

Au 20H00, David Pujadas (venu de LCI) succède à Claude Sérillon pour tenter d'améliorer une audience moyenne de 21,4% de parts de marché (depuis le 1er janvier 2001) face à TF1 qui annonce 40%. Face à Jean-Pierre Pernaut, Daniel Bilalian s'empare du 13H00. Benoît Duquesne se voit confier un nouveau magazine deux lundis par mois sur un thème de société et, en cette année électorale, Olivier Mazerolle, directeur de l'information, prend lui-même l'antenne avec Alain Duhamel chaque jeudi après le 20H00 pour une interview politique, "Question ouverte".

Dans la tranche "stratégique" de l'avant soirée, point faible de la Deux, Laurent Ruquier animera désormais au quotidien son émission "On a tout essayé" (19H00) avec de nouveaux chroniqueurs. Après l'ère Pivot, Guillaume Durand (Europe 1) anime "Campus, magazine de l'écrit", trois jeudis par mois. Seule véritable surprise, l'arrivée comme animateur d'une émission de "prime time" du champion de judo David Douillet, l'homme le plus populaire de France. Daniela Lumbroso (transfuge de LCI) animera "Un début à tout", une bimensuelle avec Jérôme Bonaldi (ex Canal+) et Pascal Sevran revient le dimanche avec "Chanter la vie".

Côté fictions, France 2 diffusera une superproduction de prestige (4x90 minutes), "Napoléon" (Christian Clavier, Gérard Depardieu, John Malkovich, Isabella Rosselini) et proposera "Madame de" avec Carole Bouquet. France 3, plus que jamais dans la proximité avec le slogan "de près on se comprend mieux", met l'accent sur la fiction après d'importants changements de grille l'an dernier. Les mini-séries prennent de l'importance avec de nouveaux héros comme Fabien Cosma, médecin métis (Louis-Karim Nebati) ou "Le maire" (Jean-François Stévenin).

Dans cette grille "pas dopée à l'effet éphémère de l'EPO" selon le directeur général Rémy Pflimlin, arrivent, outre le dessin animé "Lucky Luke", deux personnalités : Franz Olivier Giesbert (Le Point) animera à partir d'octobre "Franz culture" le mercredi en deuxième partie de soirée et Philippe Labro "Ombre et lumière" le vendredi en fin de soirée (Isabelle Huppert et Bernard Kouchner seront les premiers invités le 7 septembre).

Sur La Cinquième, qui selon Marc Tessier, après avoir été "une chaîne à part devient une chaîne à part entière" (elle sera diffusée 24 heures sur 24 sur le numérique hertzien à la fin de l'année), arrive notamment Ruth Elkrief dans "Après la sortie", magazine décryptant le succès ou l'insuccès des films (le vendredi à 11H45).

Jean-Marie Colombani, directeur du Monde, organisera un face à face entre étudiants de Sciences Po et hommes politiques et Jean-Pierre Elkabbach proposera des portraits de "grands de ce monde" tels que Fidel Castro, Silvio Berlusconi et Abdelaziz Bouteflika.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution