Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 29 Août 2001 à 00:00

Hourtin, une cuvée mitigée

Fondateur et cheville ouvrière de cette université d'été, le délégué-général Marcel Desvergne a noté cette année la présence massive du monde de l'éducation.

"Il ne conteste plus la technologie, il agit", souligne-t-il, relevant aussi la venue de "tous les conseillers de l'Etat", des recteurs aux préfectures en passant par les Directions régionales de l'action culturelle. Pour Eric Favey, secrétaire national de la Ligue de l'Enseignement, organisatrice de cette université d'été, l'édition 2001 aura été celle du "retour au réel". "On est sorti du débat technologique pour s'interroger sur l'organisation même de la société de l'information", explique-t-il.

Quant aux enseignants, ils ont renoncé selon lui aux "discours geignards sur la concurrence que leur feraient les médias pour s'interroger sur des thèmes comme le lien entre le langage de l'écrit et celui de l'image que représente internet". Mais Hourtin est aussi une tribune, sorte de pré-rentrée du monde de l'audiovisuel et de la politique, et sur ce plan au moins, le cru 2001 aura été décevant.

En 1997, le Premier ministre Lionel Jospin avait choisi cette station balnéaire pour annoncer l'entrée de la France dans la société de l'information. L'an dernier encore, Radio France y lançait son Plan Bleu des stations régionales et présentait ses grilles de rentrée. Cette année, quatre ministres ont fait le voyage d'Hourtin, Jack Lang (Education), Catherine Tasca (Communication), Christian Paul (Outre-mer) et Michel Sapin (Fonction publique).

Ce dernier a promis le tout internet administratif d'ici à 2005. Même déception du côté de l'audiovisuel public, les chaînes privées étant quasi-absentes. Seule La Cinquième a dévoilé sa grille de rentrée à Hourtin. Président de France Télévision, Marc Tessier s'est décommandé et Jean-Marie Cavada, le président de Radio France, a annulé la tribune qu'il devait tenir sur "La radio de demain".

Une année de transition donc, en raison des prochaines échéances électorales sans doute, de l'incertitude qui pèse sur la télévision numérique hertzienne mais aussi de la crise de l'internet. En témoignaient encore ces statistiques officielle publiées pendant Hourtin, selon lesquelles les Français seraient de moins en moins nombreux à souhaiter se connecter à internet depuis leur domicile.

La prochaine édition devrait avoir cependant un tout autre visage. Intitulée "Futurs", elle se tiendra quelques semaines après l'élection présidentielle et la formation du nouveau gouvernement.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution