Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 30 Août 2001 à 00:00

H-2A redonne l'espoir au Japon

Le Japon est enfin parvenu mercredi à faire décoller sa fusée H-2A, concurrente potentielle du lanceur européen Ariane V, ce qui devrait permettre à l'ambitieux programme spatial japonais de reprendre son envol.

"Il n'y a pas de plus belle joie dans la vie qu'annoncer le lancement de notre fusée. La chose la plus importante c'est que nous allons pouvoir regagner la confiance du public", a commenté le directeur général de l'agence spatiale NASDA (National Space Development Agency of Japan), Shuichiro Yamanouchi. Un porte-parole de l'agence a indiqué que "les lancements commerciaux de satellites devraient commencer dans un an si nous recevons des commandes".

"Le lancement réussi est une étape majeure dans l'histoire japonaise du développement spatial", s'est réjoui le Premier ministre nippon Junichiro Koizumi dans un message de félicitations à la NASDA. Selon un expert français en questions spatiales qui assistait au vol, contacté par l'AFP, "le visage de Yamanouchi était très tendu pendant le lancement mais ensuite, ça a été beaucoup mieux, les gens ont applaudi". Le vol de la fusée, haute de 53 mètres (comme un immeuble de 17 étages) et lourde de 285 tonnes, a été retransmis en direct par la chaîne de télévision publique NHK.

Le premier étage de H-2A, propulsé par un mélange d'oxygène et d'hydrogène fournissant une puissance équivalente à celle de quatre moteurs d'avion, a hissé le lanceur à une altitude de 50 km en moins de deux minutes. A 40 minutes du décollage, le lanceur plaçait en orbite un véhicule de charge utile (servant à faire des mesures) à 270 kms de la terre. "Le moteur du deuxième étage et la charge utile resteront en orbite pendant un maximum d'un an", a indiqué Keiichi Yamada, un porte-parole de NASDA.

Le lancement de mercredi était, selon les experts, un vol de qualification servant à observer les performances des moteurs, des propulseurs et de mise en orbite. Le lancement de H-2A --dont la technologie est très avancée-- avait été reporté fin 1999 après les deux vols ratés de H-2 et la perte d'un satellite. Le vol de mercredi revêtait un caractère crucial pour un pays qui, en tant que grande puissance économique, veut absolument avoir accès à l'espace.

"L'industrie spatiale japonaise est dans une situation critique", avait reconnu le patron de la NASDA dans un entretien à l'AFP en mai. Le succès du vol pourrait, selon l'expert français, avoir des conséquences positives pour le budget de la recherche spatiale en 2002/2003 prévu en baisse pour la troisième année consécutive.

En outre, il permet de confirmer le calendrier des lancements à venir et un responsable de la NASDA a annoncé un vol en janvier ou février 2002. "Le deuxième vol avec charge utile sera très important parce qu'il comportera des modifications techniques notamment sur les turbo-pompes. Le troisième sera crucial car il transportera le satellite ADEOS, un gros satellite d'observation de la terre très international avec des instruments français, américains", a précisé l'expert.

A plus long terme, l'un des principaux objectifs du programme japonais est le lancement en 2003 d'un satellite d'observation optique et radar IGS (Information gathering satellite), un projet stratégique décidé après le survol du Japon par un missile ballistique nord-coréen en août 1998. "C'est un satellite que les Japonais voudraient lancer avec H-2A", a noté l'expert en soulignant qu'il "y a pas mal de satellites japonais qui sont prêts, sans rien pour le moment pouvant les mettre en orbite".

L'agence météorologique nippone, qui avait perdu un satellite dans le vol raté de H2 en novembre 1999, attend toujours de remplacer son Himawari 5 spécialisé dans les prévisions météorologiques et le contrôle aérien, lancé en mars 1995.

Si le programme reprend son envol, cela signifie aussi, selon l'expert français, que le projet Hope X de navette spatiale sans équipage actuellement en suspens, "pourrait être débloqué à condition que les chercheurs obtiennent des financements suffisants".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution