Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 7 Septembre 2001 à 00:00

Michel Houellebecq inaugure "Campus"

Double événement hier soir sur France 2: la vedette littéraire de la rentrée Michel Houellebecq, plus énigmatique, drôle et atone que jamais, a inauguré le "magazine de l'écrit" "Campus" de Guillaume Durand, qui succède au "Bouillon de culture" de Bernard Pivot.

L'émission, débutant à 23H15, se déroule dans "un climat passionnel", a rappelé d'emblée l'animateur, tout de bleu vêtu, jouant avec ses lunettes cerclées également de bleu. Dans l'après-midi, le juge des référés du Tribunal de Paris avait rejeté la demande d'associations musulmanes souhaitant visionner l'émission avant sa diffusion, "Campus" ayant été enregistré mardi.

Elles estimaient que Michel Houellebecq était susceptible d'y réitérer ses propos hostiles aux Musulmans, et elles voulaient, si tel était le cas, demander au juge d'interdire l'émission ou certains passages. "Faites-vous exprès" de tenir des propos aussi provocateurs?", demande Guillaume Durand à l'écrivain, chemise Vichy et coiffure d'enfant sage. "Oui, de temps en temps quand je m'ennuie mais je ne m'ennuie pas avec vous", répond-il. "Etes-vous raciste?", poursuit l'animateur.

"C'est scandaleux de dire que je fais une confusion entre Arabes et musulmans", dit le romancier de "Plateforme", roman tiré à 200.000 exemplaires en à peine deux semaines. "Pensez-vous vraiment que +l'Islam soit la religion la plus con+, comme vous l'avez dit au magazine Lire?", insiste-t-il. "Est-ce que je le pense? Ca dépend des jours...", lâche l'écrivain en buvant de l'eau minérale.

Interrogé par "Campus", le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, dénonce à nouveau les propos de Houellebecq sur l'Islam. Ce dernier souligne qu'un personnage de roman a le droit d'exprimer des sentiments anti-religieux. Un reportage montre ensuite le romancier à Pattaya, non loin de Bangkok, évoluant entre bars de prostituées et salons de massage et désignant l'hôtel où il a écrit en partie "Plateforme", qui traite du tourisme sexuel en Thaïlande.

"Ce n'est pas qu'elles aiment ce qu'elles font mais combien de gens aiment leur métier?", demande l'écrivain en estimant que la situation des prostituées est "pire en France". "Finalement, vous ne rêvez pas mais vous regardez?" le monde qui vous entoure, lui dit Guillaume Durand. Bref silence et réponse de Michel Houellebecq: "oui, je regarde. Désolé!".

Dans ce premier "Campus", qui ne manquait ni de rythme ni de trouvailles, Guillaume Durand a ensuite interrogé le romancier Michel Braudeau ("L'interprétation des singes") et Jean-Claude Guillebaud, auteur de l'essai "Le principe d'humanité", sur leurs livres respectifs tandis que la parole était donnée aux nombreux critiques littéraires venus défendre leurs favoris de la rentrée.

Parmi d'autres journalistes, Josyane Savigneau, du Monde, a loué les qualités de "Respire" de la lycéenne Anne-Sophie Brasme, présente sur le plateau, Marc Weitzmann des Inrockuptibles a défendu "Ainsi vivent les morts" de l'Anglais Will Self (lui aussi présent) et François Reynaert du Nouvel Observateur a parlé en bien "Jenny Bel'Air, une créature", de François Jonquet.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution