Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 12 Septembre 2001 à 00:00

la télé-réalité risque la banalisation

Exploitant le coté "rats de laboratoires" de "Big Brother", jouant les "Indiana Jones" avec "Survivor" ou les apprentis vedettes avec "Star Academy", la télé-réalité continue d'utiliser en Europe et aux Etats-Unis les mêmes recettes, au risque de se banaliser et de lasser les téléspectateurs.

En starisant des anonymes et en jouant sur le dépassement de soi ou l'enfermement des candidats, la télé-réalité s'est imposée sur toutes les chaînes d'Europe, des Etats-Unis et d'Australie, selon l'enquête de Médiamétrie, qui passe chaque année à la loupe les nouveautés du petit écran dans huit pays. Si "Big Brother" (qui a inspiré Loft Story sur M6) et "Survivor", deux succès planétaires, sont les deux programmes fondateurs de la télé-réalité, d'autres émissions clones ont vu le jour, avec moins de bonheur.

Ce fut notamment le cas de "Big Diet" sur la chaîne privée allemande RTL2, qui mettait en scène six gros et six grosses sous l'oeil des caméras, avec pour unique mission : maigrir. Faute d'audience, le programme a du être retiré de l'antenne, un mois et demi avant la date prévue. Autre clone de "Big Brother", l'émission "Jail Break" sur la chaîne britannique Channel 5, où les prisonniers-candidats devaient s'échapper d'une prison.

"Survivor", qui a donné en France "Les aventuriers de Koh Lanta" actuellement diffusé en France par TF1, a eu droit aussi à ses clones, comme "Back to the floor", où un chef d'entreprise change de statut pour redevenir un simple salarié. Aux Etats-Unis, les chaînes multiplient ce genre de programmes, en y insufflant une dose d'érotisme, comme avec "Temptation Island" diffusé sur la Fox. Dans "L'île de la tentation", on teste ainsi la fidélité et la solidité de quatre couples, aguichés par une trentaine d'entreprenants célibataires.

La création sous l'oeil des caméras d'un groupe musical est le nouvel avatar de la télé-réalité. La guerre des formats de réalité musicale fait désormais rage dans le monde : "Making the band" aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, "Starmaker" aux Pays-Bas", "Star academy" en France, "Popstars" en Australie, en Italie et au Royaume-Uni ou encore "Deine Band" en Allemagne.

En multipliant à l'infini les programmes de télé réalité, toujours centrés autour des mêmes thèmes (enfermement, dépassement de soi, musique), le risque était grand de voir ce type de programmes se banaliser. Les leaders historiques du genre ont pourtant su tirer leur épingle du jeu, note l'étude de Médiamétrie, publiée lundi. Aux Etats-Unis, la deuxième édition du jeu "Survivor" sur CBS, qui a su éviter la multirediffusion sous peine de lasser les téléspectateurs, a ainsi "tenu ses objectifs d'audience".

Même succès en Espagne pour la version numéro deux de "Big Brother" ("Gran Hermano"). En revanche, "la surexposition de ce genre de programme en Allemagne et aux Pays-Bas a conduit à une perte de vitesse", note ce rapport. Parmi les nouveautés étudiées par Médiamétrie et malgré le boom de la télé-réalité, la fiction reste le genre le plus renouvelé, avec 53 % des lancements observés, selon Médiamétrie. Mais ce sont les mini-séries comme "Monte Cristo" sur TF1, ou "Jackie Bouvier Kennedy Oasis" sur la chaîne américaine CBS qui font une percée notable, avec 15 % des lancements de l'année.

Au total, la saison 2000/2001 a vu l'apparition de près de 900 nouveautés, soit une baisse de 9,5 % par rapport à l'année dernière, imputable tant au succès des mini-séries qu'à l'essor de la real TV.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution