Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 14 Octobre 2001 à 00:00

Crise afghane: circonspection des chaînes françaises

Les principales chaînes de télévision françaises veulent faire preuve de circonspection dans le traitement de la crise afghane, notamment à propos de la diffusion le dimanche 7 octobre d'une cassette pré-enregistrée d'Oussama Ben Laden par la chaîne d'information continue en arabe Al Jazira.

A TF1, le directeur de l'information Robert Namias indique que la chaîne a décidé mercredi au 13H00 et au 20H00 de ne "pas rediffuser le son" de cette cassette, "mais seulement l'image" en raison d'une "suspicion sur d'éventuels messages codés" dans les discours de Ben Laden.

"On agit ponctuellement au jour le jour en fonction de l'actualité. La règle générale c'est qu'on ne va pas donner des armes à des terroristes (...) Pour autant, libre à nous d'écouter ce que dit Ben Laden et de le retranscrire par la voix du journaliste", a-t-il déclaré à l'AFP. "J'entends garder une totale liberté vis-à-vis de l'information, de la façon dont on va la traiter et la restituer, en fonction de chaque situation".

TF1 s'est préparée "à l'idée d'un conflit long" mais ne s'attend cependant pas à "des augmentations de budget délirantes" car "les armadas comme il y en a eu pour la guerre du Golfe ne sont plus de mise pour TF1". La chaîne envoie ponctuellement des équipes et a mobilisé environ 35 personnes dont trois équipes en Afghanistan (Alliance du nord) avec des moyens de diffusion autonomes.

Pour la chaîne publique France 2, Philippe Harrouard, directeur adjoint de l'information, souligne la "vigilance" et "les "précautions" prises pour diffuser les propos de Ben Laden. "On n'a pas diffusé cette interview comme cela. Il y a eu une traduction et un montage puisque sur dix minutes on n'a diffusé qu'1 minute 12. (...) On a fait très attention et nous avons fait un reportage au 20H00 pour décrypter tout cela".

Il précise que "s'il y avait un autre message et qu'il puisse y avoir possibilité d'un code", France 2 pourrait aller jusqu'à diffuser l'image "sans traduction littérale mais avec un commentaire sur image". "On est très vigilants, on l'était déjà et on le sera encore plus maintenant", a-t-il dit. Quant au dispositif (deux équipes complètes au Pakistan, une et bientôt une deuxième avec l'Alliance du Nord, une en Ouzbekistan, une en Iran et une au Qatar), il doit être "plutôt étoffé que réduit dans le mois qui vient", même si cela n'était pas prévu dans le budget.

Hervé Brusini, directeur de la rédaction de France 3 souligne, quant à lui, que la chaîne n'a "jamais diffusé intégralement" la déclaration de Ben Laden. "Nous ne sommes pas un simple tuyau technique. C'est une rédaction et il y a un accompagnement journalistique sur les propos de M. Ben Laden et sur les conditions de fabrication et de diffusion de ces cassettes", ajoute-t-il. "Nous avons décrit qui était qui, quelle était la fonction de chacun dans le groupe. Cela fait un sujet de 4 minutes 30 dont 25 secondes de Ben Laden dès le 22H30 de dimanche".

Pour lui "dans une période de crise, les cartes sont biseautées de part et d'autre. Nous avons à faire notre travail de journaliste et la démocratie impose l'absence de toute censure mais un excercice de responsabilité particulièrement aigu". Il rappelle qu'"au moment de la guerre du Golfe on nous a reproché de ne pas avoir fait entendre que nous étions sous tutelle". "Je ne suis pas le vendeur des cassettes de M. Ben Laden pas plus que de celles de M.Rumsfeld (secrétaire américain à la Défense)", conclut Hervé Brusini.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution