Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 9 Novembre 2001 à 00:00

Big Brother russe parie sur l'érotisme

Sacha est allé prendre une douche avec Margo, on l'a vu, et Macha lui a fait une scène de jalousie à faire trembler la terre entière: ces jours derniers, tel est le sujet de conversation le plus fréquent à Moscou, grâce à la version russe de l'émission Big Brother, qui parie explicitement sur l'érotisme.

Cela s'appelle "Za steklom" (Derrière la vitre) et on le doit à l'ancienne équipe de la télévision indépendante NTV passée avec armes et bagages chez TV6, une télévision grand public dont l'un des propriétaires est l'homme d'affaires Boris Berezovski, en délicatesse avec le Kremlin. La recette bien rodée qui marie voyeurisme, argent et télévision interactive a fait ses preuves une nouvelle fois.

Trois jeunes femmes et trois jeunes hommes, sélectionnés par les téléspectateurs, sont enfermés pendant un mois dans un appartement meublé par le suédois Ikea et aménagé au grand hôtel Rossia, à deux pas du Kremlin. La caméra épie leurs faits et gestes que les téléspectateurs peuvent suivre trois fois par jour, dont la dernière fois après minuit. Pour ne rien laisser au hasard, le public a été averti que cette séquence nocturne - entrecoupée par des pages publicitaires interminables - risquait de contenir des passages "réservés aux adultes".

Les participants, auxquels la voix d'un Grand Frère invisible propose différents jeux rémunérateurs, sont graduellement éliminés par les votes des téléspectateurs et le dernier "survivant" gagne un appartement à Moscou, une fortune pour un Russe moyen. La nouveauté que cette émission constitue pour les Russes, dont les télévisions, quoique de bonne qualité, sont très classiques dans leur programmation, a excité l'intérêt du public, mais c'est au bout de dix jours qu'un scandale - dont on ne saurait dire dans quelle mesure il a été programmé d'avance - a fait exploser l'audimat. Un jeune homme, Sacha, est entré dans une cabine de douche dans le plus simple appareil pour savonner le dos de Margo, elle aussi toute nue.

Ils ont bien entendu été filmés. Et, lorsque les proches des six concurrents sont venus participer à un talk-show hebdomadaire, sa fiancée de 17 ans, Macha, a rompu avec lui en direct, en affirmant qu'il l'avait humiliée devant le pays tout entier. C'est la suite qui a donné un petit parfum d'authenticité à l'affaire. Sacha, 20 ans, s'est d'abord défendu, les larmes aux yeux, affirmant qu'il ne pensait pas être filmé, qu'il "n'y avait rien eu" entre lui et Margo. Il est allé jusqu'à préciser candidement qu'il "n'avait même pas eu d'érection".

Puis il a réclamé l'aide d'un psychologue et finalement déclaré qu'il se retirait du jeu. L'incident a immédiatement été largement rapporté par les journaux grand public et l'émission est devenue un événement national. TV6, qui rivalise avec NTV pour la troisième place à l'échelle nationale, après les deux chaînes publiques ORT et RTR, n'a pas encore publié les taux d'écoute de "Derrière la vitre", mais il suffit d'interroger n'importe quel Moscovite pour se rendre compte que ceux-ci montent en flèche. Outre les images des jeunes femmes légèrement vêtues, c'est l'authenticité des dialogues qui semble attirer les téléspectateurs. "Ce ne sont pas des acteurs, mais des gens comme nous. Même s'il y a un scénario, une mise en scène cachée, ils parlent comme tout le monde, ils sont issus du même milieu que nous, vivent des problèmes réels", dit Roman, un technicien de 30 ans.

Autre signe de succès, la bande audio de l'émission est transmise par Echo de Moscou, une radio indépendante sérieuse et respectée, qui donne la plus large place à l'information politique et culturelle.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution