Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 19 Décembre 2001 à 00:00

La télévision interactive, nouvel espoir des télécoms

Accéder sur son téléviseur à des services instantanés de vidéo à la demande, jouer en ligne, créer son programme voire commander une pizza sur le petit écran devrait bientôt être possible, en raccordant l'appareil à une ligne téléphonique numérique (DSL).

C'est en tous cas ce qu'assurent l'équipementier de télécommunications Alcatel et le groupe d'électronique grand public Thomson Multimédia, qui voient dans ce mariage entre télévision interactive et technologie DSL leur poule aux oeufs d'or de demain et celle des opérateurs téléphoniques. Les deux entreprises, qui réalisent 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires en commun, y ont un intérêt conjoint puisqu'une de leurs filiales, Nextream, se veut en pointe sur le projet.

Thomson Multimédia a déjà échoué à faire décoller sa technologie de TV interactive TAK lancée en fanfare début 2001. "La grande histoire des opérateurs et des entreprises de télécommunications dans les prochaines années, ce sera la vidéo. L'avenir de l'internet, c'est de de distribuer de la vidéo", a assuré mardi le Pdg d'Alcatel Serge Tchuruk lors d'une conférence de presse. "Qu'est-ce que cela signifie pour les opérateurs téléphoniques? D'abord qu'ils vont avoir accès à un terminal extrêmement répandu: la télévision", a souligné M. Tchuruk. Une fois leur réseau équipé en DSL, ils peuvent "multiplier leurs revenus par abonné", a-t-il affirmé.

La France comptait fin 2000 24 millions de foyers équipés en téléviseurs, contre seulement 4,8 millions disposant d'un ordinateur. Selon Alcatel et Thomson, l'écart ne va pas en se réduisant. En 2005, les deux groupes tablent sur 26 millions de foyers équipés d'un petit écran, contre environ 6 millions d'un PC. D'après M. Tchuruk, un opérateur dégage de la téléphonie classique un revenu moyen (ARPU) de 45 euros mensuels par abonné, et de l'internet rapide 35 à 45 EUR de plus. Avec une offre DSL de télévision interactive incluant vidéo à la demande et services personnalisés (emails, commerce électronique, etc), il pourrait engranger 40 à 60 EUR supplémentaires.

Le système se veut simple: une ligne téléphonique DSL, un décodeur numérique chez l'utilisateur et le tour est joué. Le tout peut être raccordé à un ou plusieurs téléviseurs, permettant la diffusion simultanée de chaînes différentes, à un PC, un lecteur MP3 (pour le téléchargement de musique), ou une chaîne hi-fi (pour l'enregistrement sur CD). Le disque dur du décodeur peut aussi remplir des fonctions de magnétoscope (ou DVD enregistrable) en stockant des vidéos. Selon Thierry Breton, Pdg de Thomson Multimédia, les premiers décodeurs "devraient être présents sur le marché à l'été 2002".

Nextream chiffre leur coût entre 250 et 300 EUR fin 2002, et à 600 EUR celui de l'installation complète (ligne plus décodeur). Côté opérateurs, "l'avantage de la technologie DSL, c'est que les investissements vont être progressifs", estime Etienne Fouques, Pdg de la branche réseaux d'Alcatel. "L'investissement initial est très faible: on peut offrir ce service avec une cinquantaine de millions d'euros", ajoute-t-il. "On est pas dans la science-fiction, on est dans le réel", a assuré mardi Serge Tchuruk. "On s'adresse à deux types de marchés: les opérateurs d'une part, les fournisseurs de contenu de l'autre", a-t-il expliqué.

Il a affirmé qu'"un grand opérateur européen est en train de se lancer" sur le créneau et évoqué, côté contenus, des "discussions" avec TF1 et le bouquet satellite TPS. Pour M. Tchuruk, le DSL (dont Alcatel est numéro un mondial avec 15 millions de lignes livrées en novembre 2001 et 32% de parts de marché) "est en train de rattraper voire de dépasser le câble". Plusieurs études tablent sur un triplement du nombre d'abonnés dans le monde et un marché de 36 milliards USD d'ici 2005.

A terme, le Pdg d'Alcatel prédit une recomposition du paysage des médias et télécoms avec "une concurrence frontale entre opérateurs de réseaux câblés et opérateurs téléphoniques, les deux étant capables d'offrir des services similaires".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution