Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 23 Décembre 2001 à 00:00

Cinquantième de "Sept à huit"

Avec le duo Thomas Hugues et Laurence Ferrari, qui anime depuis un an et demi le magazine d'information dominical "Sept à huit", TF1 semble avoir trouvé la bonne formule sur une "case qui connaissait des difficultés", selon Robert Namias, directeur de l'information.

"Sept à huit" qui va fêter sa cinquantième le 13 janvier, a obtenu le 16 décembre le meilleur score depuis le début de l'émission en septembre 2001, avec 6.977.520 télespectateurs (35,6% de parts d'audience, chiffres Médiamétrie). La moyenne d'audience depuis son lancement est de 30,6% (5,6 millions de télespectateurs) et sur la saison 2000-2001 de 26,8% de parts d'audience. Depuis les attentats du 11 septembre, le magazine est passé au direct. "Nous nous devions d'être réactifs tout en s'interdisant de faire le JT avant le JT.

Nos équipes ont ramené d'Afghanistan des sujets décalés avec des personnages, on a par exemple été les premiers à faire parler un membre de la famille Ben Laden", explique à l'AFP Laurence Ferrari, qui parle d'un "vrai duo d'antenne" avec Thomas Hugues, auquel elle est unie à la ville. "On fait un news magazine en offrant une palette de sujets variés avec beaucoup de sujets de société, et on s'est aperçus que les sujets people n'étaient pas forcément ceux qui marchaient le mieux", ajoute-t-elle. Thomas Hugues renchérit: "Ce qui nous intéresse c'est de parler de tout avec un ton nouveau et une écriture très vivante.

Il y a une alchimie qui s'est faite. Nous essayons de faire simple, sans fioritures". L'objectif affiché par les deux co-rédacteurs en chef et co-présentateurs est que "Sept à huit" devienne "une référence". "Cette émission se feuillette comme un magazine. Elle ne repose pas sur la vision d'une seule personne mais sur les talents d'une équipe avec une vraie diversité", ajoute Thomas Hugues. L'équipe est formée de dix reporters dont deux sont détachés de TF1 et l'émission est produite par Eléphant& Compagnie (Emmanuel Chain).

L'émission a déjà brossé des portraits de Jean-Pierre Chevènement, Martine Aubry et Valéry Giscard d'Estaing, et à l'approche des échéances électorales, l'équipe réfléchit à des reportages sur les candidats en campagne et sur les coulisses, sachant que pour un format magazine "les problèmes d'équilibre" à respecter en période électorale "ne sont pas simples". Par ailleurs, les concepteurs de l'émission exerceront "un droit de suite" sur certains sujets, tel ce reportage sur un trafic de drogue à Colombes et la peur des habitants d'une cité de banlieue parisienne, diffusé le 16 décembre. "En aucun cas, on ne les a bernés. Les visages ont été floutés", souligne l'auteur du reportage à propos des familles qui ont témoigné.

Trois personnes ont été présentées jeudi au parquet de Nanterre après une tentative d'incendie en représailles d'un témoignage diffusé dans ce reportage. "Sept à huit" dit vouloir continuer de raconter l'histoire, en donnant la parole aux différents protagonistes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution