Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 12 Septembre 2000 à 00:00

Le "nouvel homme des casernes" sur la 5éme.

La nouvelle armée de terre ouvre ses portes en grand pour les caméras de la Cinquième "A la recherche du nouvel homme des casernes", titre d'une série documentaire (six épisodes de 26 minutes) qui sera diffusée chaque mardi à 16h00 à partir du 12 septembre.

Brigitte Rossigneux, spécialiste des questions de défense au Canard Enchaîné, et Pierre Lane laissent la parole aux cadres et aux soldats de l'armée de terre mais aussi aux hommes politiques et aux historiens pour montrer le formidable pari de la professionnalisation, un combat engagé en 1996.

Cette idée de combat traverse les six épisodes de la série qui portent tous le titre de "bataille": de la refondation, du recrutement, de la sélection, de la formation, de l'attente de la bataille, du Kosovo, de la paix. Une série didactique et riche de témoignages et de scènes glanées dans les casernes, les centres de recrutement ou de sélection où s'expriment les doutes et les interrogations.

Depuis le 22 février 1996, date de l'annonce par Jacques Chirac de la réforme du système de défense et de la suspension de la conscription, l'armée de terre a mis en route la réforme la plus radicale depuis la fin de la guerre d'Algérie: diminuer ses effectifs par moitié, en remplaçant les appelés par des engagés (12.000 par an), tout en abandonnant sa posture de la Guerre froide pour devenir une armée de projection. L'armée de terre doit désormais "conquérir" sa ressource humaine (les engagés) sur le marché du travail, en concurrence avec le public ou le privé, après avoir bénéficié pendant des décennies d'une ressource humaine contrainte et abondante (les appelés).

Les nouveaux sergents recruteurs sont donc sortis des casernes pour battre le rappel dans les établissements scolaires, les ANPE, les salons spécialisés (emploi, étudiants) ou les supermarchés. Une démarche crûment résumée par le général Yves de Kermabon, responsable du recrutement de l'armée de terre: "l'armée fait de la retape". Sur le terrain, le capitaine Morisot, chargé du recrutement du 1er régiment d'artillerie de Belfort, démarche dans toute sa région, "prêt à installer, s'il le faut, mon stand à l'entrée d'une boîte de nuit". Les engagés se voient offrir un "environnement social de qualité" (logement, multiplication par 2,5 de la solde en opération extérieure, soutien des familles des militaires à l'étranger) et des garanties de "conditions de reconversion convenables" à l'issue de leur carrière militaire, puisque les engagés ne passeront qu'une dizaine d'années en moyenne sous l'uniforme. L'armée de terre, qui dispose de près de 60 millions de francs par an pour son recrutement, avait axé sa dernière campagne publicitaire, il y a un an, sur le thème des 400 métiers qu'elle propose.

Le dernier épisode de la série documentaire de la Cinquième consacré au Kosovo est l'occasion de montrer les différents métiers de l'armée de terre française au sein de la KFOR au Kosovo.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution