Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 10 Janvier 2003 à 00:00

L'arbitrage audio: une expérience qui fait son chemin

Les télévisions françaises veulent passer du muet au parlant en retransmettant à l'antenne les commentaires des arbitres dotés de micros HF et d'oreillettes, une mesure qui n'a toutefois que peu de chances d'être adoptée sous cette forme par la Fédération internationale de football (FIFA).

Après Alain Sars, l'arbitre de Marseille-Bastia, samedi en 32e de finale de la Coupe de France, dont les propos avaient été diffusés en direct sur TF1, l'Italien Pierluigi Collina doit en effet être équipé d'un micro lors de Lyon-Marseille, vendredi, et ses propos diffusés au cours d'un montage à la mi-temps et à la fin du match sur Canal+. "Pour nous, souligne Karl Olive, directeur des programmes sportifs de la chaîne cryptée, il ne s'agit pas d'une nouveauté. Techniquement, on reproduit ce qui est fait dans le rugby. On n'a jamais été un laboratoire." "Dans la forme, ajoute-t-il, le match Marseille-Bastia, c'était de la TV réalité. Mais il fallait sans doute en passer par là. Pour notre part, le but n'est pas que l'arbitre commente à la place des journalistes."

Pourtant, à TF1, on tire un bilan très positif de l'expérience. "On est fier d'avoir lancé cette innovation, note Frédéric Jaillant, directeur des sports de TF1. On a fait passer le football du muet au parlant. Cela sera difficile de faire marche arrière." Michel Vautrot, le patron des arbitres français, est également enthousiaste: "Avec cette expérience, nous avons démythifié l'image de l'arbitre sévère et ne s'exprimant jamais". "C'est une avancée considérable pour l'arbitrage, remarque pour sa part Alain Sars. Quand un assistant veut me dire quelque chose, j'ai tout de suite une explication claire de ce qui se passe." TF1 a fait une demande d'autorisation pour renouveler l'expérience à l'occasion du 16e de finale de Coupe de France Paris SG-Marseille, prévu samedi 25 janvier.

La FIFA a cependant précisé que l'autorisation accordée à titre exceptionnel pour Lyon-Marseille vendredi sera la dernière d'ici la réunion annuelle de l'International Board, le 15 mars à Belfast, qui pourrait se pencher sur le sujet. La FIFA, dont la commission d'arbitrage se réunit le 11 février et le comité exécutif les 6 et 7 mars à Zurich (Suisse), a en effet pris acte de "ce gros lobbying des télévisions", essentiellement françaises, et prépare un texte qu'elle soumettra au "Board" pour qu'il se prononce sur la question, apprend-on en effet de source proche de la Fédération internationale.

Quelle que soit la réponse du Board, il ne s'agirait en aucun cas d'une systématisation de ce procédé dont l'utilisation serait laissée à la discrétion de chaque fédération, ajoute la même source, qui précise: "En aucun cas, non plus, il ne s'agirait d'un pas vers l'utilisation de la vidéo ou d'une modification sur le fond du système d'arbitrage". La FIFA ne serait toutefois pas hostile à l'utilisation des micros et des oreillettes pour la communication interne des arbitres, afin de faciliter la tâche des directeurs de jeu.

Cette solution, conclut-on de même source, aurait également le mérite de ne pas pénaliser les spectateurs ayant payé leur place et qui sont déjà privés des avantages du ralenti.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution