Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 20 Janvier 2003 à 00:00

La Chine :premier vol spatial habité en octobre

La Chine ambitionne de devenir cette année le troisième pays, après l'Union soviétique et les Etats-Unis, à envoyer des hommes dans l'espace.

"Nous avons l'intention de lancer Shenzhou V en octobre de cette année", a déclaré vendredi à l'AFP un responsable de la société China Aerospace Science and Technology, qui développe les lanceurs et le vaisseau spatial. La date exacte de cet événement ? "Cela dépend de beaucoup de choses", a dit ce responsable, du nom de Li, avant d'ajouter : "Une chose est sûre, Shenzhou V sera lancé cette année avec un homme à son bord, aux environs d'octobre", sous-entendu autour de la fête nationale, le 1er octobre, pour le prestige patriotique.

La Chine, qui se prépare depuis des années à son premier vol habité et rêve d'installer une station spatiale habitée permanente ainsi que d'envoyer un homme sur la lune, a déjà lancé quatre vols inhabités dans l'espace. Le plus récent s'est déroulé sans encombre entre le 30 décembre et le 5 janvier derniers. En comparaison avec les trois précédents, entre novembre 1999 et mars 2002, celui de Shenzhou IV a constitué la mission spatiale chinoise la plus aboutie sur le plan technologique, selon les responsables du vol.

Le vaisseau avait emporté à bord les équipements nécéssaires à un vol habité, dont les vêtements de rechange susceptibles d'être utilisés par des astronautes. Selon le quotidien officiel China Daily de jeudi, 14 anciens pilotes de chasseurs, comptant chacun plus de 1.000 heures de vol, participent à des entraînements d'astronautes "depuis des années". Deux ont été envoyés dans une école de cosmonautes en Russie et tous ont passé une semaine d'entraînement en avril dans la capsule Shenzhou IV, inspiré du Soyouz russe. Qi Faren, le concepteur du vaisseau spatial Shenzhou, estime que le vaisseau habité "volera au moins une journée dans l'espace".

Jusqu'à trois astronautes pourraient y prendre place. Cette volonté à tout prix de conquête de l'espace par l'homme, après les Etats-Unis et l'ancienne Union Soviétique, laisse perplexe certains experts étrangers, notamment en raison du coût exhorbitant des vols habités et d'une station orbitale à laquelle l'Europe et le Japon ont renoncé. Une autre interrogation concerne l'aspect militaire du programme spatial chinois, démarré en 1992, entouré du plus grand secret et dirigé par l'armée.

Si la Chine affirme que son industrie spatiale est développée avec des objectifs pacifiques, les connotations militaires n'en sont pas absentes. Pour preuve, les déclarations de commandant en chef du lanceur Longue Marche 2, au Quotidien du Peuple de vendredi. "Imaginez, il y a des installations de pays tiers placées très haut au-dessus de votre tête et les autres peuvent voir tout ce que vous faites. Voilà pourquoi nous devons aussi développer notre technologie spatiale", a dit Huang Chunping.

Dans le même article de l'organe central du régime communiste, un responsable de l'armée impliqué dans la "recherche stratégique" a estimé que cette technologie était nécessaire pour éviter que la Chine ne soit "dominée" par d'autres.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution