Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 19 Janvier 2003 à 00:00

Grandes manoeuvres autour de l'éventuelle cession des 37,5% de Suez dans M6

Repreneurs potentiels et autorité de régulation de l'audiovisuel sont sur le qui-vive dans l'éventualité d'une cession par le groupe Suez des 37,5% qu'il détient dans M6.

L'enjeu est de taille. "Ce n'est pas tous les jours qu'une part aussi importante du capital d'une grande chaîne hertzienne française, la deuxième en termes de recettes publicitaires, est sur le marché", relève un observateur. Pour l'heure cependant, Suez, qui accusait une dette de 28,2 milliards d'euros au 30 juin 2002, se refuse à tout commentaire "concernant les rumeurs sur les cessions en cours". Le PDG du groupe, Gérard Mestrallet, a présenté début janvier un plan de réduction de la dette, sans préciser ni le calendrier ni la nature des actifs qu'il entendait céder.

Cela n'empêche aucunement le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de se "préparer à toute éventualité". "Une étude juridique sur les divers scénarios possibles a été demandée à nos services pour que les conseillers ne soient pas pris au dépourvu en cas de cession brutale", précisait-on vendredi au CSA. Ses objectifs: "rappeler la règle, le droit, les contrats et la convention qui régissent M6 et effectuer des simulations". Profitant du renouvellement de sa convention avec la chaîne à l'été 2001, le CSA avait donné une égalité de droits de vote aux deux actionnaires de reférence, bien que leurs participations dans M6 soient inégales : Suez a 37,5% et RTL Group 45,9%.

Ce dernier est lui-même contrôlé par le géant allemand des médias Bertelsmann. Cette convention donne à l'instance de régulation de l'audiovisuel, qui doit donner son aval à toute modification substantielle du capital, une arme de choix pour approuver ou bloquer tel ou tel scénario de cession. De sources proches du dossier, on indique que Suez a d'ores et déjà approché plusieurs acquéreurs potentiels. Les noms d'Albert Frère, de Pathé, Lagardère ou Bolloré sont les plus fréquemment évoqués.

Selon la lettre d'information du magazine de la communication CB News, Suez a mandaté la banque d'affaires Rothschild pour préparer l'opération. Reste surtout à mettre sur la table le milliard d'euros nécessaires au rachat des 37,5% de Suez. Selon des analystes de la maison de courtage Dexia Securities, "ce serait un peu lourd pour Bolloré ou Pathé, à moins que les banques ne suivent". Quant à Lagardère, "a-t-il pour vocation d'être minoritaire aux côtés de RTL Group avec le même nombre de droits de vote", s'interrogent-ils.

La participation de Suez pourrait aussi être cédée sur le marché mais un tel montage se heurterait vraisemblablement à l'opposition du CSA. Idem pour une vente à l'homme d'affaires belge Albert Frère. Elle renforcerait encore le poids de Bertelsmann puisqu'il détient près du quart du groupe allemand. "La sortie de Suez de M6 n'est donc pas un dossier évident, ça n'est pas acquis", conluent-ils.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution