Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 24 Janvier 2003 à 00:00

Le WIFI : une technologie prometteuse ?

Chris Burneko s'arrête dans un café, le temps de siroter un expresso, mais surtout pour vérifier son email et autres informations internes de sa société sur son ordinateur portable: il profite de la technologie "Wifi", qui lui permet d'être partout comme au bureau.

Avec une carte "Wifi" (à prononcer ouifi pour "wireless fidelity", fidélité sans fil) glissée dans son ordinateur, ce consultant en informatique basé à Washington, peut, grâce aux bornes relais installées dans les cafés Starbucks, se connecter sans fil à l'internet, par liaison haut débit. "C'est génial, je suis au bureau sans y être", explique M. Burneko, qui n'a qu'à se plaindre du bruit environnant, un peu gênant pour se concentrer. Des millions d'ordinateurs portables sont aujourd'hui conçus pour la technologie sans fil, et des milliers de bornes d'accès sont installées dans des hôtels, cafés, aéroports, aux Etats-Unis et à travers le monde, ce qui permet à M. Burneko de promener son bureau un peu partout, et au Wifi d'apparaître comme la prochaine source de revenus d'un secteur informatique sinistré.

Il y aurait aujourd'hui 10.000 stations relais à travers le monde, mais la diffusion de cette technologie s'emballe. Pour la société de recherches spécialisée Gartner, elle représentera un chiffre d'affaires mondial de 3,9 milliards de dollars en 2007, à comparer avec 1,7 milliards en 2001 -, avec, rien qu'en Amérique du nord, près de 5,5 millions d'utilisateurs. Grosses sociétés et petites entreprises se précipitent pour développer cette technologie. "Il s'agit d'un mouvement spontané, et personne ne sait encore comment gagner de l'argent avec", explique Ken Dulaney, un vice-président de Gartner, qui décrit la tendance comme une "ruée vers l'or" où chacun tente de s'approprier des parts de marché. Pour les techniciens, le Wifi est une norme austère, baptisée 802.11b.

Mais en pratique, c'est un réseau sans fil à très haut débit qui peut couvrir une zone de quelques centaines de mètres, un campus ou un quartier - ou un parc: à New York, Bryant Park se transforme ainsi aux beaux jours en bureau en plein air pour des cadres. Pour les experts, il faudra attendre plusieurs années avant qu'il y ait assez de bornes relais pour atteindre une masse critique, et plus longtemps encore pour gagner de l'argent avec le WiFi. Pour l'instant, c'est en Asie que les stations sont les plus nombreuses, mais c'est en Amérique du nord qu'il y a le plus d'ordinateurs avec l'équipement ad hoc. L'accès est parfois gratuit, mais plus souvent requiert un abonnement (M. Burneko paie trente dollars par mois), ou le paiement d'un droit d'accès, à la journée.

De gros investisseurs se sont lancés dans l'aventure: AT and T, Intel et IBM ont uni leur force pour lancer en décembre Cometa Networks, avec l'ambition de mettre sur pied un réseau couvrant tous les Etats-Unis avec 20.000 stations relais - un chiffre insuffisant, selon Gartner, qui prévoit des résultats à l'équilibre en 2007 au plus tôt. Côté équipement, Dell commence à vendre des ordinateurs portables avec WiFi intégré, ce qui supprime la nécessité d'une carte. Et Intel annonce pour bientôt le lancement d'un microprocesseur avec WiFi intégré. "Aujourd'hui, à peu près 20% des utilisateurs d'ordinateurs portables recourent au sans-fil", selon un responsable d'Intel, Don MacDonald. "On devrait arriver à au moins 30% dès cette année", prédit-il.

Reste que le secteur sera confronté aux mêmes difficultés que le téléphone mobile, ajoute-t-il: il faudra des années pour mettre au point des accords de couverture et de compatibilité pour que les utilisateurs puissent se connecter partout.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution