Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 4 Février 2003 à 00:00

La Russie incapable de maintenir l'ISS sans l'aide des USA

La Russie sera incapable d'assurer seule la poursuite de l'exploitation de la Station spatiale internationale (ISS), pour des raisons financières, ont prévenu les spécialistes de l'aérospatiale russe, deux jours après l'accident de la navette américaine Columbia.

Tous les vols de navettes spatiales américaines ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre à la suite de l'accident de la navette samedi qui a causé la mort de sept astronautes, laissant la Russie seule susceptible de ravitailler et d'envoyer des hommes sur l'ISS. "La Russie ne pourra pas assurer entièrement le développement de l'ISS à l'aide de ses vaisseaux de ravitaillement Progress qui n'ont pas une capacité de chargement suffisante", a toutefois souligné à l'AFP un porte-parole de l'Agence aérospatiale russe (Rosaviakosmos), Viatcheslav Mikhaïlitchenko.

Selon les spécialistes russes, il faudra lancer jusqu'à huit Progress et trois vaisseaux Soyouz pilotés par an pour maintenir le projet ISS, si les navettes américaines ne partent plus. Or, Moscou ne possède actuellement que deux Soyouz et trois Progress, selon le porte-parole de Rosaviakosmos Sergueï Gorbounov. "La capacité de la Russie à garantir le fonctionnement futur de l'ISS dépend entièrement des moyens financiers" qui seront trouvés, ajoute Vsevolod Latychev, porte-parole du Centre de contrôle des vols spatiaux (Tsoup).

Depuis la chute de l'URSS, le secteur spatial russe connaît de sérieuses difficultés financières. Rosaviakosmos avait déjà reconnu en septembre que la Russie n'arrivait plus à financer la construction de ses vaisseaux spatiaux pour maintenir en vie l'ISS, alors qu'un responsable russe s'était même adressé à la Nasa pour demander de "suspendre temporairement" l'exploitation de la station. En raison de l'insuffisance du financement par l'Etat, la principale société de construction spatiale russe Energuia a été obligée de recourir à des crédits bancaires pour fabriquer ses vaisseaux et n'arrive plus aujourd'hui à payer ses dettes qui s'élèvent à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Trois astronautes se trouvent actuellement à bord de l'ISS: deux Américains, Ken Bowersox et Don Pettit, et leur collègue russe Nikolaï Boudarine. Ils devaient être remplacés en mars prochain par un nouvel équipage, mais le vol de la navette américaine Atlantis qui devait les emmener a été suspendu. "Les vaisseaux Soyouz pourront tout à fait assurer la relève des équipages permanents, mais nous risquons alors d'avoir des difficultés avec nos partenaires européens", a prévenu M. Mikhaïlitchenko. Aux termes d'un accord entre Rosaviakosmos et l'Agence spatiale européenne (ESA), un astronaute espagnol, Pedro Duque, devait partir sur l'ISS en avril prochain à bord d'un Soyouz pour une mission d'une dizaine de jours, mais son voyage risque d'être annulé s'il faut assurer avant tout la relève des équipages sur place.

"La catastrophe menace non seulement l'avenir des vols habités américains, mais celui du plus grand projet spatial, la Station spatiale internationale", écrivait lundi le quotidien russe Kommersant. "Sans la participation des Etats-Unis, la construction et l'exploitation de l'ISS ne pourra être assuré ni par l'Europe, ni par le Japon, ni par la Russie, même s'ils réunissaient tous trois leurs efforts", ajoutait Kommersant qui estime que "la station va probablement être gelée cette année".

Rosaviakosmos rejette cependant ce scénario pessimiste. "Pour l'instant, nous n'envisageons pas un possible gel de la station", a assuré M. Mikhaïlitchenko. "La communauté internationale trouvera bien de l'argent pour maintenir ce projet", a espéré de son côté M. Latychev.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution